"On ne souhaite pas introduire des objectifs uniformes qui ne seraient pas adaptés à la réalité de chacun et qui finalement n'auraient pas d'incidence sur notre capacité à exporter du gaz chez nos voisins", a-t-on expliqué dans l'entourage de la ministre française de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

La France cherche un accord "qui acte le principe d'une réduction coordonnée de la consommation de gaz mais qui tienne en même temps compte des situations particulières de chaque Etat membre et notamment de notre capacité d'exportation de gaz", a-t-on indiqué.

La France est bien approvisionnée en gaz car elle dépend peu de la Russie contrairement à l'Allemagne. Si le pays réduit sa consommation volontairement, elle dégagera donc des volumes de gaz qu'elle pourra exporter à ses voisins dans le besoin, mais cette capacité d'exportation est limitée par la taille des gazoducs existants, et le gouvernement français estime qu'il ne pourra physiquement pas exporter 15% de son gaz vers l'Allemagne.

Le plan de Bruxelles -qui doit encore être validé par les Etats membres- prévoit que chaque pays devra "faire tout son possible" pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.

Opposition de plusieurs pays

En cas de "risque de grave pénurie", Bruxelles voudrait pouvoir activer un mécanisme d'alerte -après consultation des Etats- qui rendrait "contraignante" pour les Vingt-Sept la réduction de 15%.

Ces principes, qui doivent être discutés lors d'un conseil extraordinaire des ministres européens chargés de l'énergie à Bruxelles, font l'objet d'une opposition de plusieurs pays (Espagne, Grèce, Portugal...).

La France insiste toutefois sur l'impératif de "solidarité" avec notamment l'Allemagne - très dépendante du gaz russe - en notant au passage que les deux économies sont étroitement imbriquées.

Mais on observe aussi qu'une réduction volontaire de la consommation de gaz pour pouvoir aider l'Allemagne n'aura de sens que dans la mesure où ce gaz pourra effectivement être exporté.

Or les capacités d'interconnexion entre la France et l'Allemagne "sont physiquement et techniquement limités", fait valoir l'entourage de la ministre française.

"On va faire évidemment le maximum pour aider nos partenaires européens" mais "ça ne sert à rien de faire des efforts en plus qui de toute façon n'auraient pas d'effet sur la capacité à aider ses voisins", indique-t-on.

Paris souhaite par ailleurs que le mécanisme d'alerte entraînant une réduction obligatoire de la consommation reste soumise à l'approbation des Etats: "Sur un sujet aussi majeur", "c'est important que les Etats membres aient leur mot à dire"

"On ne souhaite pas introduire des objectifs uniformes qui ne seraient pas adaptés à la réalité de chacun et qui finalement n'auraient pas d'incidence sur notre capacité à exporter du gaz chez nos voisins", a-t-on expliqué dans l'entourage de la ministre française de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.La France cherche un accord "qui acte le principe d'une réduction coordonnée de la consommation de gaz mais qui tienne en même temps compte des situations particulières de chaque Etat membre et notamment de notre capacité d'exportation de gaz", a-t-on indiqué.La France est bien approvisionnée en gaz car elle dépend peu de la Russie contrairement à l'Allemagne. Si le pays réduit sa consommation volontairement, elle dégagera donc des volumes de gaz qu'elle pourra exporter à ses voisins dans le besoin, mais cette capacité d'exportation est limitée par la taille des gazoducs existants, et le gouvernement français estime qu'il ne pourra physiquement pas exporter 15% de son gaz vers l'Allemagne.Le plan de Bruxelles -qui doit encore être validé par les Etats membres- prévoit que chaque pays devra "faire tout son possible" pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.Opposition de plusieurs paysEn cas de "risque de grave pénurie", Bruxelles voudrait pouvoir activer un mécanisme d'alerte -après consultation des Etats- qui rendrait "contraignante" pour les Vingt-Sept la réduction de 15%.Ces principes, qui doivent être discutés lors d'un conseil extraordinaire des ministres européens chargés de l'énergie à Bruxelles, font l'objet d'une opposition de plusieurs pays (Espagne, Grèce, Portugal...).La France insiste toutefois sur l'impératif de "solidarité" avec notamment l'Allemagne - très dépendante du gaz russe - en notant au passage que les deux économies sont étroitement imbriquées.Mais on observe aussi qu'une réduction volontaire de la consommation de gaz pour pouvoir aider l'Allemagne n'aura de sens que dans la mesure où ce gaz pourra effectivement être exporté. Or les capacités d'interconnexion entre la France et l'Allemagne "sont physiquement et techniquement limités", fait valoir l'entourage de la ministre française."On va faire évidemment le maximum pour aider nos partenaires européens" mais "ça ne sert à rien de faire des efforts en plus qui de toute façon n'auraient pas d'effet sur la capacité à aider ses voisins", indique-t-on.Paris souhaite par ailleurs que le mécanisme d'alerte entraînant une réduction obligatoire de la consommation reste soumise à l'approbation des Etats: "Sur un sujet aussi majeur", "c'est important que les Etats membres aient leur mot à dire"