Une forte dépendance

En 2021, l'UE a importé environ 155 milliards de mètres cubes de gaz russe, dont 140 milliards livrés par gazoduc et seulement 15 milliards de gaz naturel liquéfié (GNL). Cela représente 45% de ses importations gazières et près de 40% de sa consommation totale.

La Commission européenne a proposé un embargo progressif sur le pétrole russe - repoussé pour l'instant par la Hongrie -, mais rien de tel n'a été avancé sur le gaz. Certains pays comme l'Allemagne, très dépendants de ces importations, résistent aux appels ukrainiens à un embargo total sur l'énergie.

Cette dernière assure à la Russie des rentrées financières très importantes: sur les deux premiers mois suivant l'invasion de l'Ukraine, elle a exporté pour 63 milliards d'euros d'énergies fossiles, dont 44 milliards vers l'UE, selon le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA).

Des flux perturbés

Le transit de gaz russe par les gazoducs traversant l'Ukraine est réduit depuis mercredi, une station de transit à la frontière russo-ukrainienne étant à l'arrêt.

L'Ukraine dit qu'elle ne peut plus garantir les livraisons via Sokhranivka, dans la région de Lougansk, en raison de la présence des forces armées russes. Kiev a demandé au géant gazier russe Gazprom d'accroître les volumes passant par un autre site, Soudja. Moscou répond que c'est impossible.

"Normalement, 30% du gaz naturel russe acheminé vers l'Europe par gazoduc transite par l'Ukraine, et 30% de ce flux passe à Sokhranivka", note Ole Hvalbye, de la banque scandinave Seb.

La perte équivaut à 2% de la consommation totale européenne, selon ses calculs: ce n'est "pas dramatique", mais cela "envoie un signal sur ce qui pourrait arriver ensuite".

En outre, Gazprom a annoncé jeudi cesser d'utiliser un autre gazoduc pour le transit de gaz à l'Europe via la Pologne.

Une décision aux effets limités, car ce gazoduc Yamal-Europe transportait peu de volumes depuis plusieurs mois, et uniquement du gaz au comptant (spot) peu prisé actuellement, selon une source de marché. "Cela ne fera aucune différence tant que seront livrés les volumes de gaz dans le cadre de contrats de long terme", qui passent par d'autres gazoducs comme Nord Stream, d'après cette source.

Que veulent la Russie... et l'Ukraine?

Certains analystes suggèrent que l'Ukraine, frustrée du manque d'allant des Européens pour imposer un embargo drastique sur l'énergie russe, perturbe sciemment les exportations transitant sur son sol.

"Il est possible que l'Ukraine tente de faire pression sur la Hongrie pour qu'elle donne son accord à un embargo pétrolier de l'UE contre la Russie", estime ainsi Carsten Fritsch, chez Commerzbank.

Quant à la Russie, pourrait-elle décider de fermer le robinet pour de bon, quitte à se priver de revenus cruciaux pour mener sa guerre?

"La fourniture (de gaz) pourrait être arrêtée unilatéralement par Gazprom", souligne Kaushal Ramesh, du cabinet spécialisé Rystad. "Les chances que cela se produise sont faibles mais pas nulles."

"Il existe des précédents historiques concernant l'arrêt des flux de gaz par Gazprom, cela s'étant produit plusieurs fois entre 2005 et 2014", et les tensions actuelles "préparent le terrain pour un nouvel épisode", juge l'analyste.

Selon lui, les Européens ne seront pas pris par surprise et disposent de stocks suffisants pour l'essentiel de l'année, même si la situation est plus compliquée pour l'hiver prochain.

Les alternatives

Les pays européens cherchent à diversifier leurs fournisseurs. L'Allemagne dit ainsi pouvoir compenser le récent recul des livraisons russes par des achats en Norvège et aux Pays-Bas pour remplir ses stocks avant le prochain hiver.

Les Européens comptent en particulier sur le GNL, qui peut être acheminé par bateau du monde entier. Alexandroupolis en Grèce, Le Havre en France... les projets se multiplient pour le réceptionner.

Certains pays veulent relever temporairement leur production gazière, comme le Danemark sur des gisements déjà exploités en mer du Nord. Les sénateurs roumains ont voté une proposition de loi ouvrant la voie à l'extraction du gaz en mer Noire.

La situation est un argument supplémentaire en faveur d'une transition énergétique accélérée, relèvent les experts. "Des solutions propres peuvent remplacer les deux tiers du gaz russe d'ici 2025", a calculé le centre de réflexion spécialisé sur le climat E3G.

Une piste: le biogaz issu de déchets alimentaires ou de lisiers, qui fournit aujourd'hui 18 milliards de m3 par an, selon l'Association européenne du biogaz (EBA). Le secteur se dit "prêt à faire 35 milliards de m3 d'ici 2030", soit 10% de la demande actuelle de gaz de l'UE et plus de 20% de ses importations venues de Russie.

En 2021, l'UE a importé environ 155 milliards de mètres cubes de gaz russe, dont 140 milliards livrés par gazoduc et seulement 15 milliards de gaz naturel liquéfié (GNL). Cela représente 45% de ses importations gazières et près de 40% de sa consommation totale.La Commission européenne a proposé un embargo progressif sur le pétrole russe - repoussé pour l'instant par la Hongrie -, mais rien de tel n'a été avancé sur le gaz. Certains pays comme l'Allemagne, très dépendants de ces importations, résistent aux appels ukrainiens à un embargo total sur l'énergie.Cette dernière assure à la Russie des rentrées financières très importantes: sur les deux premiers mois suivant l'invasion de l'Ukraine, elle a exporté pour 63 milliards d'euros d'énergies fossiles, dont 44 milliards vers l'UE, selon le Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA).Le transit de gaz russe par les gazoducs traversant l'Ukraine est réduit depuis mercredi, une station de transit à la frontière russo-ukrainienne étant à l'arrêt.L'Ukraine dit qu'elle ne peut plus garantir les livraisons via Sokhranivka, dans la région de Lougansk, en raison de la présence des forces armées russes. Kiev a demandé au géant gazier russe Gazprom d'accroître les volumes passant par un autre site, Soudja. Moscou répond que c'est impossible."Normalement, 30% du gaz naturel russe acheminé vers l'Europe par gazoduc transite par l'Ukraine, et 30% de ce flux passe à Sokhranivka", note Ole Hvalbye, de la banque scandinave Seb.La perte équivaut à 2% de la consommation totale européenne, selon ses calculs: ce n'est "pas dramatique", mais cela "envoie un signal sur ce qui pourrait arriver ensuite".En outre, Gazprom a annoncé jeudi cesser d'utiliser un autre gazoduc pour le transit de gaz à l'Europe via la Pologne.Une décision aux effets limités, car ce gazoduc Yamal-Europe transportait peu de volumes depuis plusieurs mois, et uniquement du gaz au comptant (spot) peu prisé actuellement, selon une source de marché. "Cela ne fera aucune différence tant que seront livrés les volumes de gaz dans le cadre de contrats de long terme", qui passent par d'autres gazoducs comme Nord Stream, d'après cette source. Certains analystes suggèrent que l'Ukraine, frustrée du manque d'allant des Européens pour imposer un embargo drastique sur l'énergie russe, perturbe sciemment les exportations transitant sur son sol."Il est possible que l'Ukraine tente de faire pression sur la Hongrie pour qu'elle donne son accord à un embargo pétrolier de l'UE contre la Russie", estime ainsi Carsten Fritsch, chez Commerzbank.Quant à la Russie, pourrait-elle décider de fermer le robinet pour de bon, quitte à se priver de revenus cruciaux pour mener sa guerre?"La fourniture (de gaz) pourrait être arrêtée unilatéralement par Gazprom", souligne Kaushal Ramesh, du cabinet spécialisé Rystad. "Les chances que cela se produise sont faibles mais pas nulles.""Il existe des précédents historiques concernant l'arrêt des flux de gaz par Gazprom, cela s'étant produit plusieurs fois entre 2005 et 2014", et les tensions actuelles "préparent le terrain pour un nouvel épisode", juge l'analyste.Selon lui, les Européens ne seront pas pris par surprise et disposent de stocks suffisants pour l'essentiel de l'année, même si la situation est plus compliquée pour l'hiver prochain.Les pays européens cherchent à diversifier leurs fournisseurs. L'Allemagne dit ainsi pouvoir compenser le récent recul des livraisons russes par des achats en Norvège et aux Pays-Bas pour remplir ses stocks avant le prochain hiver.Les Européens comptent en particulier sur le GNL, qui peut être acheminé par bateau du monde entier. Alexandroupolis en Grèce, Le Havre en France... les projets se multiplient pour le réceptionner.Certains pays veulent relever temporairement leur production gazière, comme le Danemark sur des gisements déjà exploités en mer du Nord. Les sénateurs roumains ont voté une proposition de loi ouvrant la voie à l'extraction du gaz en mer Noire.La situation est un argument supplémentaire en faveur d'une transition énergétique accélérée, relèvent les experts. "Des solutions propres peuvent remplacer les deux tiers du gaz russe d'ici 2025", a calculé le centre de réflexion spécialisé sur le climat E3G.Une piste: le biogaz issu de déchets alimentaires ou de lisiers, qui fournit aujourd'hui 18 milliards de m3 par an, selon l'Association européenne du biogaz (EBA). Le secteur se dit "prêt à faire 35 milliards de m3 d'ici 2030", soit 10% de la demande actuelle de gaz de l'UE et plus de 20% de ses importations venues de Russie.