Ce n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour l'environnement, la réduction des émissions carbonées et la durabilité: la flambée du prix du gaz et de l'électricité permet au charbon de revenir sur le devant de la scène. Ainsi, pour réd...

Ce n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour l'environnement, la réduction des émissions carbonées et la durabilité: la flambée du prix du gaz et de l'électricité permet au charbon de revenir sur le devant de la scène. Ainsi, pour réduire rapidement sa dépendance au gaz russe (55% du gaz consommé), l'Allemagne n'a eu d'autre choix que de relancer ses centrales au charbon, la seule alternative rapide de production d'électricité depuis que le gouvernement a renoncé à garder ouvertes ses deux dernières centrales nucléaires. L'Italie envisage un scénario similaire. En 2021, déjà, l'inflation du prix du gaz avait engendré, pour la première fois en 10 ans, une augmentation de la production électrique via les centrales au charbon: + 18% à 579 térawattheures. Un phénomène encore en augmentation depuis le début du conflit en Ukraine: + 51% la première semaine de mars. L'Agence internationale de l'énergie a dû reconnaître que le charbon faisait partie des solutions principales à court terme pour réduire la dépendance au gaz russe et contenir l'inflation des prix de l'énergie.