Vu qu'il comprend un effort de la part de l'actionnaire public, l'UE devait vérifier si le soutien respecte bien les règles encadrant les aides d'Etat. Ces règles ont été assouplies pour traverser la pandémie. La Commission indique mercredi avoir approuvé "une mesure belge d'un montant de 9,8 millions d'euros" au bénéfice de BSCA.

L'augmentation totale de capital prévue est de 30 millions, avec deux injections successives de capital du principal actionnaire privé Belgian Airports. Cet accord "marque une nouvelle étape dans le renforcement de l'aéroport régional de Charleroi", a réagi mercredi soir le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke.

Il revient maintenant au management de BSCA et au conseil d'administration de mettre en oeuvre le plan stratégique et de respecter les conditions émises par la Commission dans le cadre de cet accord, ce qui passera notamment par des économies structurelles et un engagement des actionnaires à ne pas toucher de dividendes durant une période de 3 ans, a-t-il ajouté. "Cette décision nous conforte dans l'idée que le plan stratégique adopté est un bon plan qui permettra à l'aéroport de franchir le cap de cette crise et de ses impacts majeurs sur le secteur aérien.

La Wallonie a toujours été aux côtés de BSCA, et avec l'ensemble des actionnaires, nous veillerons à ce que l'aéroport renoue avec le succès", a conclu le ministre.

Vu qu'il comprend un effort de la part de l'actionnaire public, l'UE devait vérifier si le soutien respecte bien les règles encadrant les aides d'Etat. Ces règles ont été assouplies pour traverser la pandémie. La Commission indique mercredi avoir approuvé "une mesure belge d'un montant de 9,8 millions d'euros" au bénéfice de BSCA. L'augmentation totale de capital prévue est de 30 millions, avec deux injections successives de capital du principal actionnaire privé Belgian Airports. Cet accord "marque une nouvelle étape dans le renforcement de l'aéroport régional de Charleroi", a réagi mercredi soir le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. Il revient maintenant au management de BSCA et au conseil d'administration de mettre en oeuvre le plan stratégique et de respecter les conditions émises par la Commission dans le cadre de cet accord, ce qui passera notamment par des économies structurelles et un engagement des actionnaires à ne pas toucher de dividendes durant une période de 3 ans, a-t-il ajouté. "Cette décision nous conforte dans l'idée que le plan stratégique adopté est un bon plan qui permettra à l'aéroport de franchir le cap de cette crise et de ses impacts majeurs sur le secteur aérien. La Wallonie a toujours été aux côtés de BSCA, et avec l'ensemble des actionnaires, nous veillerons à ce que l'aéroport renoue avec le succès", a conclu le ministre.