En cette veille de week-end, on a enfin l'impression qu'on arrivera à former un gouvernement fédéral. Pour notre Belgique, on pourra dire qu'il était grand temps. Les personnes les plus impatientes sont souvent au nord du pays.

L'un d'eux, Peter De Keyser, ancien économiste en chef de la première banque de Belgique, a décidé de se lancer à son compte et a donc créé une société spécialisée dans la communication financière.

Et sa dernière idée est une bombe, il plaide pour la Flandre soit rattachée aux Pays-Bas. Pourquoi les Pays-Bas ? Parce qu'il y a un lien historique entre les deux régions, parce que les Pays-Bas font mieux que nous sur la plupart des critères socio-économiques que l'on peut choisir. Et puis aussi, parce que Peter De Keyser semble accréditer la thèse que la Flandre ne reçoit pas son juste dû de la Belgique et que les prochains impôts seront payés à 80% par les Flamands.

Bref, selon lui, si la Belgique ne marche pas, pourquoi ne pas essayer les Pays-Bas ? Cette opinion, Peter De Keyser ne l'a pas donnée dans un dîner privé, mais l'a rédigée pour le journal économique TIJD, c'est-à-dire pour le quotidien lu par tous les patrons flamands.

En tant que francophone, j'ai été étonné de cette soudaine envie de rattachement avec les Pays-Bas. J'en ai parlé à quelques patrons flamands et donc ça n'a aucune valeur de sondage, mais je dirais que les plus francophones de ceux que j'ai pu avoir au téléphone sont horrifiés par le message et disent qu'ils iront se réfugier à Bruxelles. Et puis, d'autres, plus nombreux, disent qu'ils en ont marre de la situation de blocage actuelle, car même s'ils restent attachés à la Belgique, ils estiment que nous sommes la risée du monde et que ce pays devient ingouvernable. Bref, que cela nuit à leur business car des décisions ne sont pas prises.

J'entends bien le message, mais en tant qu'observateur subjectif, je me dois aussi de poser la question à l'auteur de cette carte blanche dans le TIJD : en tant que Flamand, vaut-il mieux être majoritaire en Belgique ou minoritaire aux Pays-Bas ? Je ne dois pas mener une enquête approfondie pour constater que les principaux rouages économiques et sociaux fédéraux sont aux mains de managers néerlandophones. Très largement, et bien au-delà de la représentativité démographique du nord du pays.

Et puis, la plupart de mes amis néerlandophones me confirment qu'entre Flamands et Néerlandais, ce n'est pas le grand amour mais souvent le mépris réciproque. Donc, je n'ai pas vraiment compris l'utilité de cette carte blanche. Et vous ?

En cette veille de week-end, on a enfin l'impression qu'on arrivera à former un gouvernement fédéral. Pour notre Belgique, on pourra dire qu'il était grand temps. Les personnes les plus impatientes sont souvent au nord du pays. L'un d'eux, Peter De Keyser, ancien économiste en chef de la première banque de Belgique, a décidé de se lancer à son compte et a donc créé une société spécialisée dans la communication financière. Et sa dernière idée est une bombe, il plaide pour la Flandre soit rattachée aux Pays-Bas. Pourquoi les Pays-Bas ? Parce qu'il y a un lien historique entre les deux régions, parce que les Pays-Bas font mieux que nous sur la plupart des critères socio-économiques que l'on peut choisir. Et puis aussi, parce que Peter De Keyser semble accréditer la thèse que la Flandre ne reçoit pas son juste dû de la Belgique et que les prochains impôts seront payés à 80% par les Flamands.Bref, selon lui, si la Belgique ne marche pas, pourquoi ne pas essayer les Pays-Bas ? Cette opinion, Peter De Keyser ne l'a pas donnée dans un dîner privé, mais l'a rédigée pour le journal économique TIJD, c'est-à-dire pour le quotidien lu par tous les patrons flamands. En tant que francophone, j'ai été étonné de cette soudaine envie de rattachement avec les Pays-Bas. J'en ai parlé à quelques patrons flamands et donc ça n'a aucune valeur de sondage, mais je dirais que les plus francophones de ceux que j'ai pu avoir au téléphone sont horrifiés par le message et disent qu'ils iront se réfugier à Bruxelles. Et puis, d'autres, plus nombreux, disent qu'ils en ont marre de la situation de blocage actuelle, car même s'ils restent attachés à la Belgique, ils estiment que nous sommes la risée du monde et que ce pays devient ingouvernable. Bref, que cela nuit à leur business car des décisions ne sont pas prises. J'entends bien le message, mais en tant qu'observateur subjectif, je me dois aussi de poser la question à l'auteur de cette carte blanche dans le TIJD : en tant que Flamand, vaut-il mieux être majoritaire en Belgique ou minoritaire aux Pays-Bas ? Je ne dois pas mener une enquête approfondie pour constater que les principaux rouages économiques et sociaux fédéraux sont aux mains de managers néerlandophones. Très largement, et bien au-delà de la représentativité démographique du nord du pays. Et puis, la plupart de mes amis néerlandophones me confirment qu'entre Flamands et Néerlandais, ce n'est pas le grand amour mais souvent le mépris réciproque. Donc, je n'ai pas vraiment compris l'utilité de cette carte blanche. Et vous ?