Je rappelle que cette épidémie du SRAS avait aussi démarré en Chine. Cela veut dire tout simplement qu'en 17 ans, le régime chinois n'a fait aucun progrès en matière de santé publique. Le monde entier s'en rend compte et sa propre population le sait aussi maintenant, si du moins, elle avait un doute... Donc, oui, cette crise sanitaire est aussi une crise politique qui pourrait emporter le régime communiste chinois. En tout cas, c'est ce que pensent certains diplomates.

Aujourd'hui, tout le monde compare ce qui se passe actuellement en Chine avec l'accident nucléaire de Tchernobyl en Union soviétique en 1986. Vous me direz quelle ressemblance peut-il y avoir entre une épidémie et une centrale nucléaire qui a explosé ? C'est simple : dans les deux cas, ce sont deux régimes totalitaires qui ont géré ces crises ! En URSS, le président de l'époque, Mikhail Gorbatchev, avait séduit les Occidentaux avec sa politique de transparence, la fameuse Glasnot. En fait, il a fallu attendre 10 jours avant que le régime communiste russe n'admette cet accident nucléaire, et encore, c'est parce que cette explosion a été détectée par les services secrets étrangers et que l'Occident a mis la pression sur Gorbatchev.

Le lien entre l'URSS de l'époque et la Chine d'aujourd'hui est donc très simple : ce sont des régimes qui ne jouent pas la transparence, ou alors une transparence limitée. En Chine, les chiffres officiels parlent de plus de 800 morts, mais selon d'autres sources, ce chiffre serait fortement sous-évalué.

C'est vrai, la Chine a montré qu'elle pouvait construire un hôpital en dix jours, mais c'est plus de la propagande qu'autre chose. Les images que l'on voit de la Chine, elle qui a beau se proclamer la 2ème puissance économique mondiale, ces images montrent plutôt un pays du tiers monde... Pire encore, la Chine est mise en quarantaine par le reste de la planète, ce qui n'est pas terrible comme image de puissance.

En fait, ce virus rappelle que si la Chine parle de sa croissance, de sa puissance militaire, de ses ambitions géopolitiques, en matière de santé publique, ce pays est au niveau de certains pays africains.

L'accident de Tchernobyl et la chute du pétrole ont accéléré l'implosion de l'URSS. Est-ce que cela sera le cas pour le régime communiste chinois ? Les spécialistes en doutent, car Xi Jingping, le président chinois actuel, ressemble plus à Leonid Brejnev qu'à Mikhail Gorbachev. En clair, il ne lâchera pas son pouvoir mais matera toute forme de rébellion ; c'est hélas une quasi-certitude.

Je rappelle que cette épidémie du SRAS avait aussi démarré en Chine. Cela veut dire tout simplement qu'en 17 ans, le régime chinois n'a fait aucun progrès en matière de santé publique. Le monde entier s'en rend compte et sa propre population le sait aussi maintenant, si du moins, elle avait un doute... Donc, oui, cette crise sanitaire est aussi une crise politique qui pourrait emporter le régime communiste chinois. En tout cas, c'est ce que pensent certains diplomates. Aujourd'hui, tout le monde compare ce qui se passe actuellement en Chine avec l'accident nucléaire de Tchernobyl en Union soviétique en 1986. Vous me direz quelle ressemblance peut-il y avoir entre une épidémie et une centrale nucléaire qui a explosé ? C'est simple : dans les deux cas, ce sont deux régimes totalitaires qui ont géré ces crises ! En URSS, le président de l'époque, Mikhail Gorbatchev, avait séduit les Occidentaux avec sa politique de transparence, la fameuse Glasnot. En fait, il a fallu attendre 10 jours avant que le régime communiste russe n'admette cet accident nucléaire, et encore, c'est parce que cette explosion a été détectée par les services secrets étrangers et que l'Occident a mis la pression sur Gorbatchev.Le lien entre l'URSS de l'époque et la Chine d'aujourd'hui est donc très simple : ce sont des régimes qui ne jouent pas la transparence, ou alors une transparence limitée. En Chine, les chiffres officiels parlent de plus de 800 morts, mais selon d'autres sources, ce chiffre serait fortement sous-évalué. C'est vrai, la Chine a montré qu'elle pouvait construire un hôpital en dix jours, mais c'est plus de la propagande qu'autre chose. Les images que l'on voit de la Chine, elle qui a beau se proclamer la 2ème puissance économique mondiale, ces images montrent plutôt un pays du tiers monde... Pire encore, la Chine est mise en quarantaine par le reste de la planète, ce qui n'est pas terrible comme image de puissance.En fait, ce virus rappelle que si la Chine parle de sa croissance, de sa puissance militaire, de ses ambitions géopolitiques, en matière de santé publique, ce pays est au niveau de certains pays africains. L'accident de Tchernobyl et la chute du pétrole ont accéléré l'implosion de l'URSS. Est-ce que cela sera le cas pour le régime communiste chinois ? Les spécialistes en doutent, car Xi Jingping, le président chinois actuel, ressemble plus à Leonid Brejnev qu'à Mikhail Gorbachev. En clair, il ne lâchera pas son pouvoir mais matera toute forme de rébellion ; c'est hélas une quasi-certitude.