En 2020, on comptait 0,53 voiture particulière par habitant dans l'Union européenne, soit une voiture pour deux habitants. Ce chiffre a été dévoilé cette semaine par l'agence de statistiques européenne Eurostat. Cette publication révèle des disparités entre les pays européens, avec un classique découpage Est/Ouest.
...

En 2020, on comptait 0,53 voiture particulière par habitant dans l'Union européenne, soit une voiture pour deux habitants. Ce chiffre a été dévoilé cette semaine par l'agence de statistiques européenne Eurostat. Cette publication révèle des disparités entre les pays européens, avec un classique découpage Est/Ouest.Ainsi, en termes de voitures particulières pour 1 000 habitants, les États membres de l'Est ont enregistré les chiffres les plus bas, tandis que les États membres de l'Ouest ont enregistré des taux plus élevés, mais avec des disparités régionales marquées. En 2020, c'est au Luxembourg qu'on comptait le plus grand nombre de véhicules par habitant, suivi de l'Italie et de la Pologne, même si leur moyenne (soit environ 670 véhicules pour 1000 habitants) reste proche de la moyenne européenne. Au niveau régional en revanche, les chiffres sont plus élevés. Ainsi, les trois régions qui comptent le plus de véhicules par habitant sont italiennes... et les deux premières enregistrent même plus de voitures que d'habitants ! Il s'agit de la Vallée d'Aoste (1,8 véhicules par habitant) et des provinces indépendantes de Trente et Bolzano (1,3 et 0,9).Un résultat qui s'explique selon les experts d'Eurostat: "ces taux régionaux sont souvent liés à la situation économique mais peuvent également être affectés par des circonstances spécifiques: le taux de motorisation élevé de la Vallée d'Aoste est influencé par les règles fiscales et le taux élevé du Flevoland [0,9] est lié à sa situation à proximité d'une grande ville."En bas de tableau, on retrouve donc les pays de l'Est: la Roumanie, la Lettonie et la Hongrie avec une moyenne de 390 véhicules pour 1000 habitants. Cependant, au niveau régional, les résultats sont bien différents. La France est davantage représentée, Mayotte étant la région la moins véhiculée (soit 72 véhicules pour 1000 habitants), suivie de la Guyane (soit 209). Les deux régions étant seulement séparées par la péninsule grecque du Péloponnèse (182 véhicules).Quid de la Belgique?Au niveau national, elle est dans la moyenne européenne avec 509 véhicules pour 1000 habitants. Et contrairement à certains pays européens, les régions n'accusent pas de grande disparité. Ainsi, c'est dans le Brabant Flamand que les véhicules par habitant sont les plus nombreux (soit 679 pour 1000 habitants) et la province du Limbourg (soit 544). A l'inverse, c'est dans la région de Bruxelles-Capitale qu'on trouve le moins de voitures par habitant, soit 401 pour 1000. Elle est suivie de la Flandre Orientale avec 481.La publication se penche également sur le cas des véhicules utilitaires (soit les camions, tracteurs routiers et véhicules spéciaux, à l'exclusion des remorques et semi-remorques). Et les experts européennes observent qu' "aucune différence systématique" n'a été observée entre les régions d'Europe de l'Est et de l'Ouest. La part des véhicules utilitaires dans le nombre total de véhicules routiers d'une région dépend de plusieurs facteurs. Notamment la présence des infrastructures pour les différents modes de transport de marchandises, tels que les autoroutes, les lignes ferroviaires, les ports et les aéroports. Les caractéristiques économiques de la région jouent également un rôle (domination des industries manufacturières ou de services; située sur des corridors de fret européens...)Ainsi, 12 des 15 régions de l'UE ayant la plus faible part de véhicules utilitaires parmi tous les types de véhicules se trouvent dans des zones urbanisées d'Allemagne (entre 7,4% et 9,7%). Compte tenu d'un manque de données pour la Grèce - qui avait les parts les plus élevées en 2019 - les parts les plus élevées de véhicules utilitaires dans le stock total de véhicules en 2020 étaient situées en Espagne (9 des 15 régions avec les taux les plus élevés), allant de 25,4% (îles Canaries) à 19,4% (Catalogne).Aurore Dessaigne