Cette dynamique s'explique par la flambée des prix de l'alimentation et des carburants, en forte progression sur un an malgré les mesures mises en oeuvre par le gouvernement espagnol pour alléger la facture des consommateurs.

Elle survient alors qu'une légère décrue avait été observée en avril (8,3%), laissant espérer un début de modération après un pic à 9,8% atteint en mars - soit le niveau le plus élevé en Espagne depuis 37 ans. L'inflation sous-jacente - qui ne tient pas compte de certains prix comme ceux de l'énergie, et qui est corrigée des variations saisonnières - a elle aussi progressé pour atteindre 4,9%, soit son niveau le plus élevé depuis 1995.

L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCA), qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, a progressé de 8,5% sur un an, précise l'INE.

L'Espagne est confrontée depuis plusieurs mois, comme de nombreux pays dans le monde, à une flambée de l'inflation liée aux tensions provoqués par le redémarrage de l'activité économique après la crise du Covid-19 et à la guerre en Ukraine. Pour tenter de contenir cette hausse des prix, le gouvernement espagnol a adopté un plan d'aides directes de six milliards d'euros destinées aux ménages et aux entreprises, ciblé principalement sur les prix de l'énergie.

Ce plan comprend des subventions sur les carburants, une hausse du revenu minimum vital et prolonge jusqu'au 30 juin les baisses d'impôts en vigueur depuis l'été dernier, destinées à alléger les factures d'électricité. D'après la ministre espagnole de l'Économie Nadia Calviño, ces mesures devraient permettre une décrue progressive des prix à la consommation au cours des prochains mois, le "pic" ayant, selon elle, été atteint en mars.

Cette dynamique s'explique par la flambée des prix de l'alimentation et des carburants, en forte progression sur un an malgré les mesures mises en oeuvre par le gouvernement espagnol pour alléger la facture des consommateurs. Elle survient alors qu'une légère décrue avait été observée en avril (8,3%), laissant espérer un début de modération après un pic à 9,8% atteint en mars - soit le niveau le plus élevé en Espagne depuis 37 ans. L'inflation sous-jacente - qui ne tient pas compte de certains prix comme ceux de l'énergie, et qui est corrigée des variations saisonnières - a elle aussi progressé pour atteindre 4,9%, soit son niveau le plus élevé depuis 1995.L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCA), qui permet les comparaisons avec les autres pays de la zone euro, a progressé de 8,5% sur un an, précise l'INE.L'Espagne est confrontée depuis plusieurs mois, comme de nombreux pays dans le monde, à une flambée de l'inflation liée aux tensions provoqués par le redémarrage de l'activité économique après la crise du Covid-19 et à la guerre en Ukraine. Pour tenter de contenir cette hausse des prix, le gouvernement espagnol a adopté un plan d'aides directes de six milliards d'euros destinées aux ménages et aux entreprises, ciblé principalement sur les prix de l'énergie.Ce plan comprend des subventions sur les carburants, une hausse du revenu minimum vital et prolonge jusqu'au 30 juin les baisses d'impôts en vigueur depuis l'été dernier, destinées à alléger les factures d'électricité. D'après la ministre espagnole de l'Économie Nadia Calviño, ces mesures devraient permettre une décrue progressive des prix à la consommation au cours des prochains mois, le "pic" ayant, selon elle, été atteint en mars.