Depuis, le président du parti socialiste a rétropédalé et a expliqué qu'il ne voulait pas supprimer tout l'e-commerce, mais juste démontrer aux journalistes flamands, qui sont subjugués par la réussite dans le e-commerce de leur voisin hollandais, que l'e-commerce, c'est des boulots dans des conditions difficiles après minuit et surtout qu'il n'était même pas sûr que l'e-commerce créait de l'emploi. Pour Paul Magnette, ces sociétés types Amazon, Bol.com ou Coolblue qui livrent les consommateurs belges tirent les salaires et les conditions de travail vers le bas. Ce n'est donc pas le chemin à suivre pour la Belgique.

Je me permets de revenir sur ces propos. D'abord, Paul Magnette est trop intelligent pour n'avoir pas mesuré la portée de ses propos et savoir qu'ils allaient provoquer un tel tollé. Un ami, président d'une association patronale partage le même point de vue. Selon lui, c'est la technique du "pavé dans la mare". Autrement dit, si Paul Magnette avait dit pour la énième fois qu'il était contre le travail après minuit dans ces entrepôts de logistique, tout le monde s'en ficherait, car lui et les autres politiques de gauche l'ont déjà dit 100 fois. Là, en disant qu'il était pour une Belgique sans e-commerce, il a fait le buzz et a capté l'attention des médias.

Question : si c'est ça la nouvelle stratégie de com', que vont faire nos hommes politiques la prochaine fois pour attirer notre attention ? Peut-être accorder une interview en caleçon ? Ensuite, si le MR s'est amusé à pourfendre le président du PS, c'est de bonne guerre. Plus étonnant, c'est le PTB et Ecolo qui ont également condamné les propos de Paul Magnette. C'est amusant, car ces deux partis ont la même attitude que lui par rapport au travail de nuit. Dans le cas d'Ecolo, c'est ce qu'on appelle le grand écart, dans le sens, où n'importe quel politologue vous le confirmera, les jeunes des beaux quartiers de Bruxelles ont voté majoritairement pour le parti Ecolo, et cela au grand dam de leurs parents qui votent MR. Or, on sait aussi que beaucoup de ces jeunes sont très friands du e-commerce et des livraisons à domicile en moins de 15 minutes. En clair, une partie de ceux et celles qui ont voté Ecolo dans l'isoloir contredisent leurs valeurs écologiques à chaque fois qu'ils prennent leur smartphone pour commander un colis sur Amazon ou Zalando. Ce que je veux dire par là, c'est que les bons sentiments d'Amélie Poulain, ça marche seulement au cinéma. Normal, nous ne sommes que des êtres humains, et il est parfois difficile de remplir le cahier des charges d'un ange. Donc, nous sommes tous à des degrés divers un peu schizophrènes. Comme quoi, il existe deux sortes de vérité, celle qu'on exploite et celle qu'on enterre.

Depuis, le président du parti socialiste a rétropédalé et a expliqué qu'il ne voulait pas supprimer tout l'e-commerce, mais juste démontrer aux journalistes flamands, qui sont subjugués par la réussite dans le e-commerce de leur voisin hollandais, que l'e-commerce, c'est des boulots dans des conditions difficiles après minuit et surtout qu'il n'était même pas sûr que l'e-commerce créait de l'emploi. Pour Paul Magnette, ces sociétés types Amazon, Bol.com ou Coolblue qui livrent les consommateurs belges tirent les salaires et les conditions de travail vers le bas. Ce n'est donc pas le chemin à suivre pour la Belgique.Je me permets de revenir sur ces propos. D'abord, Paul Magnette est trop intelligent pour n'avoir pas mesuré la portée de ses propos et savoir qu'ils allaient provoquer un tel tollé. Un ami, président d'une association patronale partage le même point de vue. Selon lui, c'est la technique du "pavé dans la mare". Autrement dit, si Paul Magnette avait dit pour la énième fois qu'il était contre le travail après minuit dans ces entrepôts de logistique, tout le monde s'en ficherait, car lui et les autres politiques de gauche l'ont déjà dit 100 fois. Là, en disant qu'il était pour une Belgique sans e-commerce, il a fait le buzz et a capté l'attention des médias. Question : si c'est ça la nouvelle stratégie de com', que vont faire nos hommes politiques la prochaine fois pour attirer notre attention ? Peut-être accorder une interview en caleçon ? Ensuite, si le MR s'est amusé à pourfendre le président du PS, c'est de bonne guerre. Plus étonnant, c'est le PTB et Ecolo qui ont également condamné les propos de Paul Magnette. C'est amusant, car ces deux partis ont la même attitude que lui par rapport au travail de nuit. Dans le cas d'Ecolo, c'est ce qu'on appelle le grand écart, dans le sens, où n'importe quel politologue vous le confirmera, les jeunes des beaux quartiers de Bruxelles ont voté majoritairement pour le parti Ecolo, et cela au grand dam de leurs parents qui votent MR. Or, on sait aussi que beaucoup de ces jeunes sont très friands du e-commerce et des livraisons à domicile en moins de 15 minutes. En clair, une partie de ceux et celles qui ont voté Ecolo dans l'isoloir contredisent leurs valeurs écologiques à chaque fois qu'ils prennent leur smartphone pour commander un colis sur Amazon ou Zalando. Ce que je veux dire par là, c'est que les bons sentiments d'Amélie Poulain, ça marche seulement au cinéma. Normal, nous ne sommes que des êtres humains, et il est parfois difficile de remplir le cahier des charges d'un ange. Donc, nous sommes tous à des degrés divers un peu schizophrènes. Comme quoi, il existe deux sortes de vérité, celle qu'on exploite et celle qu'on enterre.