Pour mener à bien ce projet privatisé, ces 12 clubs très puissants ont mandaté la banque d'affaires JP Morgan qui leur promet 3,5 milliards d'euros de revenus annuels en droits télé, soit un pactole moyen de 300 millions par équipe (plus du triple de ce que peut espérer le seu...

Pour mener à bien ce projet privatisé, ces 12 clubs très puissants ont mandaté la banque d'affaires JP Morgan qui leur promet 3,5 milliards d'euros de revenus annuels en droits télé, soit un pactole moyen de 300 millions par équipe (plus du triple de ce que peut espérer le seul vainqueur de la Champions League actuelle).Véritable séisme sur la planète football, cette annonce d'une Super League autonome a suscité une levée de boucliers, tant de la part des supporters des équipes concernées que de la Fédération internationale du football (Fifa). Directement concernée, l'Union européenne des associations de football (UEFA) condamne le projet et menace les sécessionnistes de sérieuses représailles si la Super League voit le jour. Les 12 équipes et leurs joueurs vedettes pourraient ainsi être exclus de toutes les compétitions nationales (championnats locaux) et internationales (Euro, Coupe du Monde, etc.), ce qui priverait par exemple nos Diables Rouges de quelques stars comme Eden Hazard (Madrid) ou Kevin De Bruyne (Manchester City).Reste maintenant à savoir si cette annonce n'est pas un énorme coup de bluff des 12 apôtres-salopards pour obtenir plus d'avantages dans le projet de refonte de la Champions League qui vient justement d'être présenté par l'UEFA... µ