Le changement de cap est majeur et vise avant tout la pérennité des entreprises saines. Si en juillet et août 2020, la chute du chiffre d'affaires dépasse de 60% celui enregistré lors des mêmes mois de 2019, le gouvernement flamand interviendra en versant 7,5% du chiffre d'affaires perdu, avec toutefois un plafond de 15.000 euros.
...

Le changement de cap est majeur et vise avant tout la pérennité des entreprises saines. Si en juillet et août 2020, la chute du chiffre d'affaires dépasse de 60% celui enregistré lors des mêmes mois de 2019, le gouvernement flamand interviendra en versant 7,5% du chiffre d'affaires perdu, avec toutefois un plafond de 15.000 euros. "Nous cherchions un paramètre pour évaluer les frais fixes des entreprises confrontées à une baisse de leur chiffre d'affaires suite aux mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus", explique Hilde Crevits (CD&V), ministre flamande de l'Economie. Ce pourcentage a finalement été fixé à 15%, dont une moitié sera prise en charge par le gouvernement flamand qui a prévu à cet effet quelque 80 millions d'euros. Les entreprises actuellement contraintes à la fermeture recevront une avance de 2.000 euros. Les autres ne pourront bien évidemment introduire leur dossier qu'après le 30 septembre. Pour soutenir le secteur événementiel, durement touché, le gouvernement a décidé d'étendre à ce dernier la mesure déjà en vigueur pour l'horeca et avancera deux mois de loyer - avec un maximum de 35.000 euros - à condition que le propriétaire ait, de son côté, abandonné au minimum un mois de loyer. Parallèlement, le gouvernement flamand a porté de 50.000 à 75.00 euros le montant que les particuliers peuvent investir dans un prêt win-win et augmenté de 200.000 à 300.000 euros le maximum qu'une PME peut collecter via ce mécanisme. Pour rassurer les prêteurs, le gouvernement a temporairement rehaussé de 35% à 40% le montant remboursable, via une réduction d'impôt, en cas de faillite. Octroyé par un particulier à une petite entreprise, le prêt win-win offre une réduction d'impôt de 2,5% par an. L'an dernier, près de 20.000 prêts de ce type ont été enregistrés.