Celle-ci comprend 1.000 entreprises à travers le monde ayant répondu à l'école de commerce américaine ou ayant publiquement annoncé avoir adapté leurs activités en Russie. On y retrouve des noms belges bien connus tels que le géant de la bière AB InBev, la multinationale chimique Solvay ou le groupe de bancassurance KBC.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, la Yale School of Management explique avoir suivi les réponses de plus de 1.200 entreprises. Un processus qui se poursuit encore, indique l'institution dans un communiqué de presse publié sur son site web.

Selon leurs réponses, plus d'un millier des sociétés interrogées ont annoncé publiquement qu'elles réduisaient volontairement leurs activités en Russie dans une certaine mesure et au-delà du strict minimum requis par les sanctions internationales.

Plusieurs entreprises belges bien connues figurant sur la liste ont ainsi réduit ou entièrement suspendu leurs activités en Russie. AB Inbev, le plus grand brasseur de bière au monde, a en effet "vendu sa participation dans des coentreprises et suspendu l'utilisation de sa licence en Russie". La multinationale chimique Solvay a, elle aussi, "suspendu ses activités en Russie". Le spécialiste du fil d'acier Bekaert y a "réduit ses activités", tandis que le producteur de silicone Soudal a annulé ses investissements dans une toute nouvelle usine "mais maintient d'autres activités". La société de banque et d'assurance KBC Group a, de son côté, "suspendu ses transactions avec certaines banques russes".

Deceuninck, un concepteur et producteur de systèmes en PVC pour fenêtres et portes, a "arrêté ses investissements et coupé ses liens avec d'autres établissements en Russie". La liste mentionne encore Sarens, l'Association des universités européennes et La Lorraine Bakery Group parmi les organisations d'entreprises basées en Belgique qui ont réduit leurs activités.

Outre la suspension de ses activités en Russie, le géant belge de la bière AB InBev a également dû fermer ses usines en Ukraine en raison de l'invasion du pays. La société a donc transféré la production de la populaire bière ukrainienne Chernigivske dans ses installations de Louvain. Une bière qui a d'ailleurs été introduite sur le marché belge et dont tous les bénéfices des ventes seront reversés à des oeuvres caritatives, a assuré l'entreprise brabançonne.

Celle-ci comprend 1.000 entreprises à travers le monde ayant répondu à l'école de commerce américaine ou ayant publiquement annoncé avoir adapté leurs activités en Russie. On y retrouve des noms belges bien connus tels que le géant de la bière AB InBev, la multinationale chimique Solvay ou le groupe de bancassurance KBC.Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, la Yale School of Management explique avoir suivi les réponses de plus de 1.200 entreprises. Un processus qui se poursuit encore, indique l'institution dans un communiqué de presse publié sur son site web. Selon leurs réponses, plus d'un millier des sociétés interrogées ont annoncé publiquement qu'elles réduisaient volontairement leurs activités en Russie dans une certaine mesure et au-delà du strict minimum requis par les sanctions internationales. Plusieurs entreprises belges bien connues figurant sur la liste ont ainsi réduit ou entièrement suspendu leurs activités en Russie. AB Inbev, le plus grand brasseur de bière au monde, a en effet "vendu sa participation dans des coentreprises et suspendu l'utilisation de sa licence en Russie". La multinationale chimique Solvay a, elle aussi, "suspendu ses activités en Russie". Le spécialiste du fil d'acier Bekaert y a "réduit ses activités", tandis que le producteur de silicone Soudal a annulé ses investissements dans une toute nouvelle usine "mais maintient d'autres activités". La société de banque et d'assurance KBC Group a, de son côté, "suspendu ses transactions avec certaines banques russes". Deceuninck, un concepteur et producteur de systèmes en PVC pour fenêtres et portes, a "arrêté ses investissements et coupé ses liens avec d'autres établissements en Russie". La liste mentionne encore Sarens, l'Association des universités européennes et La Lorraine Bakery Group parmi les organisations d'entreprises basées en Belgique qui ont réduit leurs activités. Outre la suspension de ses activités en Russie, le géant belge de la bière AB InBev a également dû fermer ses usines en Ukraine en raison de l'invasion du pays. La société a donc transféré la production de la populaire bière ukrainienne Chernigivske dans ses installations de Louvain. Une bière qui a d'ailleurs été introduite sur le marché belge et dont tous les bénéfices des ventes seront reversés à des oeuvres caritatives, a assuré l'entreprise brabançonne.