"Des estimations très préliminaires que nous avons effectuées (...) montrent que la valeur des actifs que nous avons déjà perdus, qui ont été détruits [par la Russie] s'élève à environ 100 milliards de dollars américains", a-t-il déclaré lors d'une conversation en ligne avec le Peterson Institute for International Economics (PIEE), un centre de réflexion américain.

M. Ustenko a toutefois estimé que le système financier ukrainien s'en sortait plutôt bien "compte tenu des circonstances actuelles", citant "un taux de change plus ou moins stable".

Environ 50% de nos entreprises ne fonctionnent plus et celles qui tournent encore, ne sont pas à 100% de leurs capacités",

Le conseiller de Volodymyr Zelensky a également souligné que l'Ukraine vivait "un vrai désastre", bien "plus grave que n'importe lequel d'entre nous aurait pu l'imaginer". Il a aussi évoqué l'important travail de reconstruction à venir alors que routes, ponts, hôpitaux ont été détruits.

"La situation en termes de croissance économique, va être vraiment très déprimante, même si la guerre s'arrête immédiatement", a-t-il prévenu.

La communauté internationale s'est mobilisée pour l'Ukraine mais les experts pointent du doigt le fait que les aides financières importantes débloquées ne compenseront pas les pertes.

Mercredi, le FMI a, par exemple, approuvé une aide d'urgence d'un montant d'1,4 milliard de dollars en faveur de l'Ukraine et s'est engagé à aider à l'effort de reconstruction quand la guerre serait terminée.

Oleg Ustenko a réitéré mercredi son appel aux gouvernements, en particulier européens, pour qu'ils coupent l'accès de Moscou au "prix du sang" en boycottant le pétrole et le gaz naturel russes. "Les Européens continuent de payer ce monstre pour tuer notre peuple, des innocents", a-t-il déclaré.

Alors que certains pays, à l'instar de l'Allemagne, ont besoin de l'énergie russe pour se chauffer, "je peux vous assurer qu'il fait beaucoup, beaucoup, beaucoup plus froid dans le sous-sol ukrainien où les gens sont cachés".

Le responsable a au contraire remercié les États-Unis pour l'arrêt des importations de pétrole russe et a déclaré qu'il espérait que Washington aiderait également à créer un "fonds de relance" pour l'Ukraine.

M. Ustenko a aussi évoqué l'idée d'utiliser les quelque 300 milliards de dollars de réserves de la Banque centrale russe gelés à la suite des sanctions occidentales, ainsi que les fonds saisis aux oligarques alliés du président Vladimir Poutine.

"Des estimations très préliminaires que nous avons effectuées (...) montrent que la valeur des actifs que nous avons déjà perdus, qui ont été détruits [par la Russie] s'élève à environ 100 milliards de dollars américains", a-t-il déclaré lors d'une conversation en ligne avec le Peterson Institute for International Economics (PIEE), un centre de réflexion américain.M. Ustenko a toutefois estimé que le système financier ukrainien s'en sortait plutôt bien "compte tenu des circonstances actuelles", citant "un taux de change plus ou moins stable".Le conseiller de Volodymyr Zelensky a également souligné que l'Ukraine vivait "un vrai désastre", bien "plus grave que n'importe lequel d'entre nous aurait pu l'imaginer". Il a aussi évoqué l'important travail de reconstruction à venir alors que routes, ponts, hôpitaux ont été détruits."La situation en termes de croissance économique, va être vraiment très déprimante, même si la guerre s'arrête immédiatement", a-t-il prévenu.La communauté internationale s'est mobilisée pour l'Ukraine mais les experts pointent du doigt le fait que les aides financières importantes débloquées ne compenseront pas les pertes.Mercredi, le FMI a, par exemple, approuvé une aide d'urgence d'un montant d'1,4 milliard de dollars en faveur de l'Ukraine et s'est engagé à aider à l'effort de reconstruction quand la guerre serait terminée.Oleg Ustenko a réitéré mercredi son appel aux gouvernements, en particulier européens, pour qu'ils coupent l'accès de Moscou au "prix du sang" en boycottant le pétrole et le gaz naturel russes. "Les Européens continuent de payer ce monstre pour tuer notre peuple, des innocents", a-t-il déclaré.Alors que certains pays, à l'instar de l'Allemagne, ont besoin de l'énergie russe pour se chauffer, "je peux vous assurer qu'il fait beaucoup, beaucoup, beaucoup plus froid dans le sous-sol ukrainien où les gens sont cachés". Le responsable a au contraire remercié les États-Unis pour l'arrêt des importations de pétrole russe et a déclaré qu'il espérait que Washington aiderait également à créer un "fonds de relance" pour l'Ukraine.M. Ustenko a aussi évoqué l'idée d'utiliser les quelque 300 milliards de dollars de réserves de la Banque centrale russe gelés à la suite des sanctions occidentales, ainsi que les fonds saisis aux oligarques alliés du président Vladimir Poutine.