L'Occident répond à l'agression russe principalement par des sanctions économiques et financières. Cela fera-t-il changer d'avis Vladimir Poutine ?
...

L'Occident répond à l'agression russe principalement par des sanctions économiques et financières. Cela fera-t-il changer d'avis Vladimir Poutine ?"Les sanctions ne suffisent pas à changer ou à orienter la politique mondiale. Ils sont plutôt une preuve de l'impuissance de l'Occident. Nous avons eu recours à un ensemble historique de mesures punitives le week-end suivant le début de l'invasion en Ukraine. Il en résulte que la diplomatie européenne n'est plus en mesure d'assurer une médiation dans le conflit. Nous devons demander à la Chine ou à la Turquie. Les relations diplomatiques entre l'Union européenne et la Russie seront bientôt presque inexistantes. Cela me rend très inquiet. Sans relations diplomatiques, la marge vers un état de guerre est très faible."Les sanctions ont également des effets secondaires indésirables. Elles sont si dures que c'est le peuple russe qui est particulièrement touché. Du coup, l'horloge de Poutine a commencé à faire tic-tac. En partie à cause de cela, il agit beaucoup plus rapidement pour étrangler les villes ukrainiennes. Lorsque les trains de sanctions s'enchaîneront, la Russie n'aura aucune raison de modifier sa trajectoire. Peut-être devrions-nous rendre certaines de ces sanctions conditionnelles. Par exemple, l'Occident pourrait lever certaines sanctions en échange d'un retrait de l'armée russe. Ce n'est pas sur la table aujourd'hui. Nous jetons une sanction après l'autre sur la Russie."Il y a aussi des penseurs radicaux au Kremlin qui veulent rassembler les forces politiques, économiques et militaires en Eurasie en provoquant une crise systémique avec l'Occident. Ces radicaux souhaitent une alliance entre la Russie et la Chine, éventuellement avec l'Inde. Si nous maintenons ces sanctions pendant des années, je crains que nous ne réalisions le rêve de ces radicaux. Nous pousserons alors les grandes puissances d'Eurasie dans les bras les unes des autres. En fait, vous devriez maintenant aider l'Inde à se mettre de notre côté en trouvant des solutions pour l'alimentation, l'énergie et la défense. Vous ne pouvez pas leur dire de choisir le bon côté de l'histoire sous peine de sanctions. Ça ne marche pas comme ça."Les radicaux du Kremlin pensent également que les autocraties l'emporteront sur les démocraties, car elles peuvent supporter plus de difficultés. La hausse des prix de l'énergie et des denrées alimentaires érode le pouvoir d'achat de la classe moyenne au sens large en Occident. Cela accroît le risque d'une polarisation accrue du paysage politique et d'une déstabilisation du système démocratique. Cela n'a pas encore été réellement pris en compte dans la réponse de la politique aux événements d'aujourd'hui."L'Union européenne a-t-elle été trop rapide à prendre parti dans ce conflit ? "Nous sommes passés très rapidement aux sanctions maximales. Tout le monde a surjoué, sauf les Chinois. Les Russes pensaient pouvoir imposer un changement de régime par une victoire militaire rapide. L'Ukraine a joué un rôle excessif en s'accrochant trop longtemps à une éventuelle adhésion à l'OTAN. L'Europe a annoncé des sanctions sévères sur la base d'émotions, suscitées par les médias sociaux. Une escalade des tensions se déroule généralement par phases, entrecoupées de pauses qui donnent aux diplomates la possibilité de dédramatiser la question. En utilisant l'économie et le commerce comme des armes, nous sommes passés à une nouvelle phase d'escalade plus rapidement que prévu. Après trois semaines, nous étions déjà dans une impasse totale. Personne ne s'y attendait. Nous avons rapidement eu recours à l'arme économique en l'absence d'une dissuasion militaire conventionnelle. Nous nous engageons dans une guerre économique pour surcompenser notre faiblesse militaire. L'Union européenne et la Belgique doivent investir beaucoup plus dans la défense territoriale. Pendant ce temps, les sanctions ne nous aident pas sur le terrain en Ukraine. Nous fournissons également une aide non humanitaire (armes), mais nous le crions bien trop fort sur les toits. La Russie a clairement indiqué qu'elle considérait ces lignes d'approvisionnement comme une cible militaire possible. Il était préférable de ne pas communiquer sur cette aide."Un embargo sur le pétrole et le gaz naturel russe est-il la prochaine mesure que prendra l'Europe ? Ou est-ce qu'on se tire trop dans le pied alors ?"Ce débat sera un énorme test de réalité. Pour l'Allemagne, un embargo énergétique signifierait un choc économique grave. Nous ne pouvons pas tous passer soudainement au GNL, le marché est déjà saturé. Oui, il ne faut pas financer Poutine, mais si l'Union européenne espère utiliser deux tiers de moins de gaz et de pétrole russes en un an, cela me semble être surtout de la politique d'annonce. Un embargo est irréaliste et est le résultat de choix antérieurs. Par exemple, en 2014, après l'annexion de la Crimée par la Russie, l'Union européenne souhaitait importer 20 % de gaz russe en moins d'ici 2020. Aujourd'hui, nous importons davantage de gaz russe, notamment parce que nous voulons accélérer l'utilisation des énergies renouvelables, alors que la technologie de stockage n'est pas encore suffisamment disponible. Nous devons compenser cela avec des centrales au gaz naturel, et donc vous avez besoin des Russes."L'Occident aurait pu être plus compréhensif à l'égard de la perspective russe ?"J'ai toujours dit de faire attention à ne pas faire entrer l'Ukraine dans la sphère d'influence occidentale. Une combinaison de patience géostratégique et géoéconomique aurait pu donner de meilleurs résultats. Pour des raisons historiques, la Russie pense que la menace vient de l'Ouest et souhaite une zone tampon. Elle a également constaté ces dernières années que l'armée ukrainienne se modernise, notamment grâce à la coopération avec l'OTAN et à l'achat de drones turcs. En tant que planificateur militaire au Kremlin, vous voyez l'équilibre stratégique changer, et il est tentant d'intervenir maintenant avant que les choses ne deviennent encore plus difficiles, comme l'Allemagne l'a fait en 1914. Une autre préoccupation du régime russe est que l'Ukraine est devenue un pays prospère. C'est une démocratie qui bénéficie de la prospérité économique. Cela pourrait inciter le peuple russe à exiger la même chose, craint-on au Kremlin."Nous devrions sûrement être un peu plus sensibles à l'opinion des Russes. L'Union européenne et l'OTAN auraient pu faire un peu moins de promesses à l'Ukraine. Mes collègues ont prédit il y a quinze ans que l'Ukraine deviendrait une zone de conflit. C'est une tragédie que cela n'ait pas été évité. L'Ukraine aurait pu dessiner la carte de la neutralité, puis la remplir un peu. Mais nous n'avons pas eu assez de patience. L'Ukraine a été automatiquement poussée géo-économiquement vers l'Ouest. Maintenant, vous vous retrouvez avec un énorme fossé."Après l'implosion de l'Union soviétique, avons-nous manqué l'occasion de renforcer les liens avec la Russie ?"En fait, une compétition s'est alors engagée entre l'OTAN et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L'OTAN a gagné assez rapidement, alors que sa mission n'était pas claire. Nous aurions pu vivre dans un monde différent si une nouvelle OSCE avait gagné. Vous auriez alors pu construire une sorte d'ordre de sécurité paneuropéen de Vancouver à Vladivostok. Il n'aurait jamais été facile de se comprendre, mais nous ne nous serions pas égarés aussi loin que nous l'avons fait. Maintenant, vous devez vous demander comment cela va se résoudre. Cela prendra des décennies."Comment la négociation doit-elle se poursuivre ?"Aucun des hommes politiques occidentaux ne veut céder à Poutine, ce qui est plus que compréhensible après les dernières semaines. Il suffit de trouver un autre politicien occidental qui veut encore s'asseoir à cette longue table à Moscou. J'ai d'abord pensé que Poutine n'opterait pas pour le "scénario maximal", car il perdrait ensuite la paix. Il est clair que les services de sécurité russes ont fait de grosses erreurs dans leurs analyses du déroulement de cette guerre. Aujourd'hui, nous sommes dans un scénario différent, où la Russie est dans une impasse et étrangle les villes ukrainiennes. Cela devient un scénario de Syrie, une guerre d'usure, avec même une possible russification de l'Ukraine orientale. Il sera très difficile de négocier pour s'en sortir. La paix sera de toute façon très difficile. Les sanctions étouffent l'économie russe. Poutine peut conclure un accord, mais il risque alors d'être jugé en interne pour avoir mis la Russie en danger. En outre, il ne faut pas se retrouver dans une situation où Moscou conclut qu'une guerre limitée en Europe est possible. La Moldavie et la Géorgie deviendraient alors des cibles potentielles. Je suis également préoccupé par les États baltes. En Estonie, il existe une importante diaspora russe. Et déstabiliser les pays de l'intérieur fait également partie du répertoire de Poutine."Ce conflit pourrait donc s'éterniser. Nous n'avons plus de solution immédiate à la question ukrainienne. L'aide non humanitaire (armes) n'aura un effet qu'après quelques mois. Les sanctions mettent des mois, voire des années, à agir. Cependant, en Occident, nous n'avons jamais le temps. Un problème doit être résolu immédiatement, mais une guerre a sa propre logique. Je ne vois pas non plus d'issue immédiate. Il faut d'abord que la situation sur le terrain change. Certains analystes ne voient de solutions qu'"après Poutine". Mais je ne parie pas sur un règlement de comptes interne au Kremlin. Mon espoir était la conclusion d'un accord sur la neutralité de l'Ukraine et, à partir de cette stabilisation stratégique, parler de désarmement. Poutine, cependant, a choisi la stratégie maximale. Pourquoi ? Il y a clairement des choses qui se passent à Moscou. Une hypothèse est que Poutine fait tout pour montrer qu'il est le patron à Moscou à certaines factions rivales."La Russie ressemble un peu à l'Autriche-Hongrie de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ce pays a envahi les Balkans parce qu'il voulait désespérément prouver qu'il comptait encore dans la politique mondiale. Il y a une crise dans la mesure du pouvoir : personne n'est sûr de sa place et la course à la technologie peut encore bouleverser l'équilibre des forces. Il y a donc une tension dans le système mondial, et nous devons chercher une nouvelle architecture. Dans le passé, on n'a constaté ce phénomène qu'après un conflit majeur, comme après les guerres napoléoniennes ou après les deux guerres mondiales. Nous voulons éviter cela, bien sûr, mais l'Ukraine est une secousse sur une ligne de faille géopolitique de plus en plus tendue."Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur le site de Trends