"Gérer le flux de réfugiés pèsera sans aucun doute sur les budgets dans certains pays", a déclaré Maurice Obstfeld, lors d'une conférence de presse à Lima où le FMI tient son assemblée générale cette semaine.

Selon l'ONU, quelque 700.000 migrants fuyant notamment le conflit syrien devraient avoir gagné cette année le continent européen via la Méditerranée.

Les pays européens se sont difficilement entendus pour accueillir une partie de ces réfugiés sur leur sol.

"Dans tous les pays, intégrer ces personnes au marché du travail constitue un défi", a détaillé l'expert du FMI, tout en estimant que cet afflux pourrait être bénéfique. "Cela prendra du temps mais, au final, ce sera positif pour la croissance en Europe", a assuré M. Obstfeld, se refusant toutefois à donner la moindre estimation.

Le chef économiste du FMI a par ailleurs tenu à souligner que plusieurs pays au Moyen-Orient, dont la Jordanie, étaient durement frappés par la crise des migrants.

"Il y a eu beaucoup d'attention portée sur la dimension européenne mais il y a des pays au Moyen-Orient qui sont sous pression et que le Fonds a essayé d'aider", a ajouté M. Obstfeld.

.

"Gérer le flux de réfugiés pèsera sans aucun doute sur les budgets dans certains pays", a déclaré Maurice Obstfeld, lors d'une conférence de presse à Lima où le FMI tient son assemblée générale cette semaine.Selon l'ONU, quelque 700.000 migrants fuyant notamment le conflit syrien devraient avoir gagné cette année le continent européen via la Méditerranée.Les pays européens se sont difficilement entendus pour accueillir une partie de ces réfugiés sur leur sol."Dans tous les pays, intégrer ces personnes au marché du travail constitue un défi", a détaillé l'expert du FMI, tout en estimant que cet afflux pourrait être bénéfique. "Cela prendra du temps mais, au final, ce sera positif pour la croissance en Europe", a assuré M. Obstfeld, se refusant toutefois à donner la moindre estimation.Le chef économiste du FMI a par ailleurs tenu à souligner que plusieurs pays au Moyen-Orient, dont la Jordanie, étaient durement frappés par la crise des migrants."Il y a eu beaucoup d'attention portée sur la dimension européenne mais il y a des pays au Moyen-Orient qui sont sous pression et que le Fonds a essayé d'aider", a ajouté M. Obstfeld..