"En dépit de ce redressement historique en base trimestrielle, la croissance annuelle demeure nettement négative (-5,2 %). Aussi un retour au niveau de l'activité économique d'avant la crise du Covid-19 n'est-il pas encore à l'ordre du jour", notent les deux institutions.

Au cours du 2e trimestre, au moment de la première vague du coronavirus, l'emploi intérieur a reculé de 0,8%. Une baisse limitée, car les travailleurs qui ont été placés en chômage temporaire restent comptabilisés parmi les personnes occupées. La baisse observée de l'emploi intérieur s'explique principalement par le fait que les contrats à très courte durée (intérimaires, travailleurs occasionnels, flexi-jobs et étudiants jobistes) n'ont pas été prolongés.

Le taux d'épargne des ménages s'est inscrit en nette hausse au 2e trimestre, tandis que le solde de financement des administrations publiques s'est sensiblement dégradé.

Au premier trimestre, le PIB de la Belgique s'était replié de 3,9% par rapport au trimestre précédent, en raison de la crise du Covid-19.

"En dépit de ce redressement historique en base trimestrielle, la croissance annuelle demeure nettement négative (-5,2 %). Aussi un retour au niveau de l'activité économique d'avant la crise du Covid-19 n'est-il pas encore à l'ordre du jour", notent les deux institutions. Au cours du 2e trimestre, au moment de la première vague du coronavirus, l'emploi intérieur a reculé de 0,8%. Une baisse limitée, car les travailleurs qui ont été placés en chômage temporaire restent comptabilisés parmi les personnes occupées. La baisse observée de l'emploi intérieur s'explique principalement par le fait que les contrats à très courte durée (intérimaires, travailleurs occasionnels, flexi-jobs et étudiants jobistes) n'ont pas été prolongés. Le taux d'épargne des ménages s'est inscrit en nette hausse au 2e trimestre, tandis que le solde de financement des administrations publiques s'est sensiblement dégradé. Au premier trimestre, le PIB de la Belgique s'était replié de 3,9% par rapport au trimestre précédent, en raison de la crise du Covid-19.