Selon ING, les hôtels, restaurants, magasins, compagnies aériennes et autres sociétés liées au tourisme dans plusieurs pays asiatiques vont passer à côté de recettes importantes compte tenu du fait que les Chinois voyagent moins et que les voyages en Chine sont déconseillés.

S'appuyant sur différents scénarios, ING pense que le chiffre d'affaires du secteur touristique en Asie va reculer de 105 à 115 milliards de dollars cette année. La Chine même est concernée, mais aussi la Thaïlande, le Japon, la Corée du sud et le Vietnam.

"Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer sur l'étendue de l'épidémie. Mais deux mois à peine après son début, les conséquences sont déjà considérables", souligne la banque. "Des régions de Chine sont tout simplement coupées du monde et les voyages entre la Chine et d'autres coins de l'Asie sont beaucoup plus rares."

Selon ING, les hôtels, restaurants, magasins, compagnies aériennes et autres sociétés liées au tourisme dans plusieurs pays asiatiques vont passer à côté de recettes importantes compte tenu du fait que les Chinois voyagent moins et que les voyages en Chine sont déconseillés.S'appuyant sur différents scénarios, ING pense que le chiffre d'affaires du secteur touristique en Asie va reculer de 105 à 115 milliards de dollars cette année. La Chine même est concernée, mais aussi la Thaïlande, le Japon, la Corée du sud et le Vietnam. "Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer sur l'étendue de l'épidémie. Mais deux mois à peine après son début, les conséquences sont déjà considérables", souligne la banque. "Des régions de Chine sont tout simplement coupées du monde et les voyages entre la Chine et d'autres coins de l'Asie sont beaucoup plus rares."