Dans le cadre de la stratégie de sortie de crise, quelque 10 millions d'euros seront ainsi consacrés au traçage via un call center, des contacts des quinze derniers jours du patient dès le diagnostic par un médecin du coronavirus.

Ces contacts seront avertis par téléphone. Ils devront s'adresser à leur médecin de famille s'ils présentent des symptômes, en vue d'être testés.

Cette mesure durera au minimum un an mais devra avoir une ampleur modulable en fonction de l'évolution de l'épidémie. Selon les deux ministres bruxellois, un premier scénario basé sur 1.000 nouveaux cas par jour en Belgique estime les besoins en personnel à 340 personnes pour la Région bruxelloise, dont 220 techniciens de call center et 70 agents de santé de terrain et experts de santé.

Les entités fédérées travailleront sur base d'une plate-forme commune et d'une base de données commune.

Des structures de mise en quarantaine (2,5 millions d'euros) seront créées pour les cas où la recommandation rester isolé à la maison ne peut être appliquée soit que la personne n'a pas de domicile, soit qu'elle habite avec une ou des personnes à risque qui s'exposeraient à une forme grave de la maladie en cas d'infection (malades cardiaques, patients diabétiques, immunodéprimés, personne âgée...). Le gouvernement bruxellois a prévu un budget pour disposer de chambres d'hôtels ou d'auberges de jeunesse dans ce cadre.

Par ailleurs, le ministre-président Vervoort a chargé Bruxelles Prévention et Sécurité d'effectuer une commande pour équiper l'ensemble des habitant(e)s d'au moins un masque en tissu (filtre compris).

Quelque huit millions d'euros supplémentaires seront investis dans l'achat de matériel de protection pour permettre durant deux mois aux secteurs de première ligne hors hôpitaux de subvenir aux besoins de masques chirurgicaux et FFP2, blouses, visières, gants, charlottes et surchaussures.

Le gouvernement bruxellois annonce aussi un soutien à hauteur de 480.000 euros au secteur de l'Aide alimentaire pour faire face à la demande d'aide croissante, alors même qu'une partie du secteur est à l'arrêt ou fonctionne au ralenti.

Une ligne d'appel pour seniors en Maisons de Repos et apparentées R-MRS et seniors isolés sera créée. La mise à disposition du numéro d'urgence sociale ouverte depuis le début de la mise en place des mesures d'urgence sera prolongée (133.000€/9 mois).

Une équipe mobile renforçant les dispositifs relatifs aux assuétudes sera aussi mise en place (415.300€/8mois) pour pallier la réduction de l'activité de nombreux services. La situation de nombreux patients inquiète le secteur.

Enfin, un protocole d'accord a été conclu entre la Commission communautaire commune, l'asbl New Samusocial et le Parlement européen pour la période du 27 avril au 31 juillet. Le Parlement européen a proposé des mesures de solidarité aux citoyens de ses villes hôtes dont Bruxelles fait partie.

Ainsi, une partie du bâtiment Helmut Kohl, situé square Meeus à Bruxelles sera mise à disposition gratuitement afin de répondre aux besoins de logement des femmes sans abri, en situation de vulnérabilité aggravée suite à l'épidémie de COVID-19. Vingt voitures particulières avec chauffeur seront également proposées à titre gracieux pour le transport exclusif du personnel médical dans le cadre de ses déplacements professionnels à Bruxelles.

Dans le cadre de la stratégie de sortie de crise, quelque 10 millions d'euros seront ainsi consacrés au traçage via un call center, des contacts des quinze derniers jours du patient dès le diagnostic par un médecin du coronavirus.Ces contacts seront avertis par téléphone. Ils devront s'adresser à leur médecin de famille s'ils présentent des symptômes, en vue d'être testés. Cette mesure durera au minimum un an mais devra avoir une ampleur modulable en fonction de l'évolution de l'épidémie. Selon les deux ministres bruxellois, un premier scénario basé sur 1.000 nouveaux cas par jour en Belgique estime les besoins en personnel à 340 personnes pour la Région bruxelloise, dont 220 techniciens de call center et 70 agents de santé de terrain et experts de santé. Les entités fédérées travailleront sur base d'une plate-forme commune et d'une base de données commune. Des structures de mise en quarantaine (2,5 millions d'euros) seront créées pour les cas où la recommandation rester isolé à la maison ne peut être appliquée soit que la personne n'a pas de domicile, soit qu'elle habite avec une ou des personnes à risque qui s'exposeraient à une forme grave de la maladie en cas d'infection (malades cardiaques, patients diabétiques, immunodéprimés, personne âgée...). Le gouvernement bruxellois a prévu un budget pour disposer de chambres d'hôtels ou d'auberges de jeunesse dans ce cadre. Par ailleurs, le ministre-président Vervoort a chargé Bruxelles Prévention et Sécurité d'effectuer une commande pour équiper l'ensemble des habitant(e)s d'au moins un masque en tissu (filtre compris). Quelque huit millions d'euros supplémentaires seront investis dans l'achat de matériel de protection pour permettre durant deux mois aux secteurs de première ligne hors hôpitaux de subvenir aux besoins de masques chirurgicaux et FFP2, blouses, visières, gants, charlottes et surchaussures. Le gouvernement bruxellois annonce aussi un soutien à hauteur de 480.000 euros au secteur de l'Aide alimentaire pour faire face à la demande d'aide croissante, alors même qu'une partie du secteur est à l'arrêt ou fonctionne au ralenti. Une ligne d'appel pour seniors en Maisons de Repos et apparentées R-MRS et seniors isolés sera créée. La mise à disposition du numéro d'urgence sociale ouverte depuis le début de la mise en place des mesures d'urgence sera prolongée (133.000€/9 mois). Une équipe mobile renforçant les dispositifs relatifs aux assuétudes sera aussi mise en place (415.300€/8mois) pour pallier la réduction de l'activité de nombreux services. La situation de nombreux patients inquiète le secteur. Enfin, un protocole d'accord a été conclu entre la Commission communautaire commune, l'asbl New Samusocial et le Parlement européen pour la période du 27 avril au 31 juillet. Le Parlement européen a proposé des mesures de solidarité aux citoyens de ses villes hôtes dont Bruxelles fait partie. Ainsi, une partie du bâtiment Helmut Kohl, situé square Meeus à Bruxelles sera mise à disposition gratuitement afin de répondre aux besoins de logement des femmes sans abri, en situation de vulnérabilité aggravée suite à l'épidémie de COVID-19. Vingt voitures particulières avec chauffeur seront également proposées à titre gracieux pour le transport exclusif du personnel médical dans le cadre de ses déplacements professionnels à Bruxelles.