"Nous constatons que les escrocs et les fraudeurs exploitent abusivement la crise du coronavirus. Nous constatons également que certains vendeurs demandent des prix excessifs par exemple pour du matériel médical", affirme Nathalie Muylle, la ministre de l'Economie dans un communiqué. "Nous avons ajouté une option spéciale au Point de contact afin de signaler ce type de fraude. Il est inacceptable que des joueurs malhonnêtes abusent d'une crise de santé. Le SPF Economie examinera les signalements afin d'identifier les acteurs des faits. En même temps nous obtenons via les signalements une image bien précise des problèmes rencontrés. Avec ces informations nous pouvons avertir les consommateurs concernant les techniques frauduleuses qui se présentent. Nous demandons à tout le monde de signaler les arnaques."

Elle a assuré que le SPF Economie examinera les signalements afin d'identifier les acteurs des faits.

Les signalements les plus importants concernaient des offres frauduleuses/fictives surtout concernant les gels désinfectants et les masques buccaux (57), des prix excessifs/augmentations de prix surtout de gels désinfectants et de masques buccaux (46), les heures d'ouverture des commerces (27), les annulations/remboursements principalement en ce qui concerne les voyages (24) et le hameçonnage - en anglais phishing - (14).

"Il est important que les cas de fraudes ou d'arnaques soient signalés auprès du Point de contact. Cela permet à l'autorité publique d'obtenir une image bien précise des cas de fraude existants afin d'agir de manière appropriée", a ajouté la ministre.

Une option a été récemment ajoutée auprès du Point de contact afin de signaler les fraudes, tromperies, arnaques et escroqueries qui concernent la crise du Covid-19.

Mme Muylle a rappelé que la réalisation d'un bénéfice anormal est punie d'un mois à cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 100 à un million d'euros, ou d'une de ces peines seulement.

La nouvelle option du Point de contact permet de signaler des problèmes concernant :

  • Un produit (un bien ou un service) est vendu à un prix anormalement élevé
  • Pas de stock suffisant d'un produit mentionné dans une publicité
  • J'ai reçu un autre produit que ce que j'ai commandé ou rien n'a été livré
  • J'ai été trompé quant aux caractéristiques d'un produit (un bien ou un service)
  • Une entreprise refuse d'accepter des espèces
  • Une entreprise ne respecte pas les mesures de crise (interdiction des actions de réduction, fermeture obligatoire...)
  • Autre problème
"Nous constatons que les escrocs et les fraudeurs exploitent abusivement la crise du coronavirus. Nous constatons également que certains vendeurs demandent des prix excessifs par exemple pour du matériel médical", affirme Nathalie Muylle, la ministre de l'Economie dans un communiqué. "Nous avons ajouté une option spéciale au Point de contact afin de signaler ce type de fraude. Il est inacceptable que des joueurs malhonnêtes abusent d'une crise de santé. Le SPF Economie examinera les signalements afin d'identifier les acteurs des faits. En même temps nous obtenons via les signalements une image bien précise des problèmes rencontrés. Avec ces informations nous pouvons avertir les consommateurs concernant les techniques frauduleuses qui se présentent. Nous demandons à tout le monde de signaler les arnaques." Elle a assuré que le SPF Economie examinera les signalements afin d'identifier les acteurs des faits. Les signalements les plus importants concernaient des offres frauduleuses/fictives surtout concernant les gels désinfectants et les masques buccaux (57), des prix excessifs/augmentations de prix surtout de gels désinfectants et de masques buccaux (46), les heures d'ouverture des commerces (27), les annulations/remboursements principalement en ce qui concerne les voyages (24) et le hameçonnage - en anglais phishing - (14). "Il est important que les cas de fraudes ou d'arnaques soient signalés auprès du Point de contact. Cela permet à l'autorité publique d'obtenir une image bien précise des cas de fraude existants afin d'agir de manière appropriée", a ajouté la ministre. Une option a été récemment ajoutée auprès du Point de contact afin de signaler les fraudes, tromperies, arnaques et escroqueries qui concernent la crise du Covid-19. Mme Muylle a rappelé que la réalisation d'un bénéfice anormal est punie d'un mois à cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 100 à un million d'euros, ou d'une de ces peines seulement.