"Je quitte les conseils présidentiels. Le changement climatique est réel. Quitter Paris n'est pas bon pour l'Amérique et le monde", a tweeté M. Musk dans les minutes qui ont suivi l'annonce du président Trump.

"Par question de principes, j'ai donné ma démission du conseil du président suite au retrait de l'accord de Paris", a tweeté un peu plus tard à son tour Bob Iger, le PDG de Disney, qui comprend non seulement les studios Walt Disney mais aussi les célèbres parcs d'attraction et les chaînes de télévision ABC et ESPN.

Elon Musk avait particulièrement essuyé des critiques quand il avait décidé de faire partie de ces conseils mis en place par M. Trump après son élection mais avait fait valoir, comme Bob Iger, que c'était nécessaire pour faire entendre un autre avis que celui des conseillers du président.

Il avait déjà menacé mercredi de quitter ces cénacles si le président américain mettait à exécution sa menace de se retirer de cet accord conclu fin 2015 dans la capitale française par plus de 190 pays sous l'égide de l'ONU. Il vise à limiter la hausse de la température mondiale et ses effets dévastateurs sur l'environnement.

Jeff Immelt, le PDG du conglomérat industriel américain General Electric et qui ne fait pas partie de ces conseils, a également condamné l'initiative du président américain. "Je suis déçu par la décision aujourd'hui (jeudi) sur l'accord de Paris. Le changement climatique est réel. L'industrie doit maintenant prendre la tête et ne plus dépendre du gouvernement", a-t-il tweeté.

"Je quitte les conseils présidentiels. Le changement climatique est réel. Quitter Paris n'est pas bon pour l'Amérique et le monde", a tweeté M. Musk dans les minutes qui ont suivi l'annonce du président Trump."Par question de principes, j'ai donné ma démission du conseil du président suite au retrait de l'accord de Paris", a tweeté un peu plus tard à son tour Bob Iger, le PDG de Disney, qui comprend non seulement les studios Walt Disney mais aussi les célèbres parcs d'attraction et les chaînes de télévision ABC et ESPN.Elon Musk avait particulièrement essuyé des critiques quand il avait décidé de faire partie de ces conseils mis en place par M. Trump après son élection mais avait fait valoir, comme Bob Iger, que c'était nécessaire pour faire entendre un autre avis que celui des conseillers du président.Il avait déjà menacé mercredi de quitter ces cénacles si le président américain mettait à exécution sa menace de se retirer de cet accord conclu fin 2015 dans la capitale française par plus de 190 pays sous l'égide de l'ONU. Il vise à limiter la hausse de la température mondiale et ses effets dévastateurs sur l'environnement. Jeff Immelt, le PDG du conglomérat industriel américain General Electric et qui ne fait pas partie de ces conseils, a également condamné l'initiative du président américain. "Je suis déçu par la décision aujourd'hui (jeudi) sur l'accord de Paris. Le changement climatique est réel. L'industrie doit maintenant prendre la tête et ne plus dépendre du gouvernement", a-t-il tweeté.