"C'est un devis que nous mettons sur la table. Pour la première fois, nous avons identifié l'ensemble des besoins et nous proposons un plan pluriannuel d'investissement, tenant compte des fonctions des bâtiments, de nos ambitions et du développement durable", détaille le libéral.

L'État fédéral dispose d'un portefeuille de quelque 900 bâtiments - pour un total de 6,8 millions de m².

Outre la rénovation énergétique, qui représente entre 400 et 500 millions, le plan du Secrétaire d'Etat englobe toutes les interventions de plus de 3 millions d'euros requises sur des avoirs actuels ou futurs. En tout, 160 projets identifiés à travers le pays.

"Sur les cinq milliards d'investissements nécessaires, il y en a deux qui peuvent être trouvés dans les budgets structurels de la Régie sur les dix années à venir", assure Mathieu Michel. Il faut donc encore trouver trois milliards ailleurs pour tout mettre en oeuvre.

Le secrétaire d'État déposera ses chiffres sur la table du gouvernement début octobre. Il attend que l'exécutif prenne acte de l'état des lieux, mais aussi qu'il s'engage sur les éléments à développer en priorité sous cette législature.

Belga

"C'est un devis que nous mettons sur la table. Pour la première fois, nous avons identifié l'ensemble des besoins et nous proposons un plan pluriannuel d'investissement, tenant compte des fonctions des bâtiments, de nos ambitions et du développement durable", détaille le libéral. L'État fédéral dispose d'un portefeuille de quelque 900 bâtiments - pour un total de 6,8 millions de m². Outre la rénovation énergétique, qui représente entre 400 et 500 millions, le plan du Secrétaire d'Etat englobe toutes les interventions de plus de 3 millions d'euros requises sur des avoirs actuels ou futurs. En tout, 160 projets identifiés à travers le pays. "Sur les cinq milliards d'investissements nécessaires, il y en a deux qui peuvent être trouvés dans les budgets structurels de la Régie sur les dix années à venir", assure Mathieu Michel. Il faut donc encore trouver trois milliards ailleurs pour tout mettre en oeuvre. Le secrétaire d'État déposera ses chiffres sur la table du gouvernement début octobre. Il attend que l'exécutif prenne acte de l'état des lieux, mais aussi qu'il s'engage sur les éléments à développer en priorité sous cette législature.Belga