Il a estimé qu'exonérer les dépôts de moins de 20.000 euros, comme le prévoit ce projet de loi qui sera examiné en fin de journée, "ne permettra pas de lever les 5,8 milliards d'euros conformément à l'accord avec l'Eurogroupe".

"Cela sera considéré comme une rupture de l'accord et celui-ci ne sera probablement pas accepté", a-t-il dit, cité par l'agence CNA.

Le projet de loi révisé qui sera soumis mardi au Parlement chypriote prévoit d'exonérer de taxes des dépôts bancaires inférieurs à 20.000 euros, maintenant à 6,75% la taxation des dépôts compris entre 20.000 et 100.000 euros et à 9,9% les épargnes supérieures, selon un correspondant de l'AFP qui a pu consulter le texte.

En contrepartie d'une aide internationale de 10 milliards d'euros pour l'île méditerranéenne au bord de la faillite, Nicosie s'est engagé à instaurer une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires et à restructurer le secteur bancaire du pays, surdimensionné par rapport à l'économie réelle.

La décision samedi de taxer tous les comptes, y compris les plus petits, avait suscité la colère de la population chypriote.

Lundi, le Parlement chypriote avait reporté à mardi son vote sur le plan de sauvetage européen pour l'île, où les banques ne rouvriront pas avant jeudi pour éviter une ruée aux guichets en raison de la taxe sur les dépôts.

Lisez notre dossier "Le hold-up chypriote : demain la Belgique ?" dans le Trends Tendances de ce jeudi 21 mars.

Il a estimé qu'exonérer les dépôts de moins de 20.000 euros, comme le prévoit ce projet de loi qui sera examiné en fin de journée, "ne permettra pas de lever les 5,8 milliards d'euros conformément à l'accord avec l'Eurogroupe". "Cela sera considéré comme une rupture de l'accord et celui-ci ne sera probablement pas accepté", a-t-il dit, cité par l'agence CNA. Le projet de loi révisé qui sera soumis mardi au Parlement chypriote prévoit d'exonérer de taxes des dépôts bancaires inférieurs à 20.000 euros, maintenant à 6,75% la taxation des dépôts compris entre 20.000 et 100.000 euros et à 9,9% les épargnes supérieures, selon un correspondant de l'AFP qui a pu consulter le texte. En contrepartie d'une aide internationale de 10 milliards d'euros pour l'île méditerranéenne au bord de la faillite, Nicosie s'est engagé à instaurer une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires et à restructurer le secteur bancaire du pays, surdimensionné par rapport à l'économie réelle. La décision samedi de taxer tous les comptes, y compris les plus petits, avait suscité la colère de la population chypriote. Lundi, le Parlement chypriote avait reporté à mardi son vote sur le plan de sauvetage européen pour l'île, où les banques ne rouvriront pas avant jeudi pour éviter une ruée aux guichets en raison de la taxe sur les dépôts.