"Le gouvernement fédéral n'a pas réussi à ouvrir la voie à la flexibilité dans l'organisation du travail, une mesure cruciale pour développer l'e-commerce en Belgique, affirme Comeos.

Le gouvernement renvoie, à présent, la balle aux partenaires sociaux. Cependant, la fédération professionnelle n'attend pas grand-chose des syndicats. "Les tables rondes organisées avec les partenaires sociaux sont vouées à l'échec. Nous avons négocié pendant dix ans sans résultat. Le temps des discussions est terminé, place aux mesures", affirme Dominique Michel, CEO de Comeos.

"Le gouvernement avait le levier idéal entre les mains", ajoute-t-il encore. "L'e-commerce est bien implanté et ne fera que croître. L'accord de coalition stipule que le taux d'emploi doit lui aussi être augmenté de manière significative. Aujourd'hui pourtant 20.000 emplois supplémentaires sont menacés, ce qui constitue un grand pas en arrière", ponctue Comeos.

"Le gouvernement fédéral n'a pas réussi à ouvrir la voie à la flexibilité dans l'organisation du travail, une mesure cruciale pour développer l'e-commerce en Belgique, affirme Comeos. Le gouvernement renvoie, à présent, la balle aux partenaires sociaux. Cependant, la fédération professionnelle n'attend pas grand-chose des syndicats. "Les tables rondes organisées avec les partenaires sociaux sont vouées à l'échec. Nous avons négocié pendant dix ans sans résultat. Le temps des discussions est terminé, place aux mesures", affirme Dominique Michel, CEO de Comeos."Le gouvernement avait le levier idéal entre les mains", ajoute-t-il encore. "L'e-commerce est bien implanté et ne fera que croître. L'accord de coalition stipule que le taux d'emploi doit lui aussi être augmenté de manière significative. Aujourd'hui pourtant 20.000 emplois supplémentaires sont menacés, ce qui constitue un grand pas en arrière", ponctue Comeos.