Le montant de dix milliards dépasse largement une précédente estimation du Bureau du Plan, qui avait évalué à 5,7 milliards l'effort budgétaire requis en 2012.

M. Wathelet a nuancé cette différence en soulignant que le comité de monitoring travaille "à législation constante". Il n'a donc pas anticipé les aménagements attendus en termes de croissance des soins de santé et de plafonnement des intérêts notionnels (évalués à environ trois milliards).

Le comité a par ailleurs pris en considération l'arrêt Argenta de la Cour constitutionnelle, qui a invalidé la taxe bancaire (500 millions d'euros). M. Wathelet "ne doute pas qu'on fera quelque chose" pour remédier à ce problème.

Le reste de la différence (environ un milliard selon l'Echo) s'explique par la baisse des recettes fiscales plus importante que prévu.

"Tout ceci rappelle à quel point il faudra faire des efforts importants. Chacun doit prendre conscience de l'ampleur de cet effort", souligne M. Wathelet.

Trends.be avec Belga

Le montant de dix milliards dépasse largement une précédente estimation du Bureau du Plan, qui avait évalué à 5,7 milliards l'effort budgétaire requis en 2012. M. Wathelet a nuancé cette différence en soulignant que le comité de monitoring travaille "à législation constante". Il n'a donc pas anticipé les aménagements attendus en termes de croissance des soins de santé et de plafonnement des intérêts notionnels (évalués à environ trois milliards). Le comité a par ailleurs pris en considération l'arrêt Argenta de la Cour constitutionnelle, qui a invalidé la taxe bancaire (500 millions d'euros). M. Wathelet "ne doute pas qu'on fera quelque chose" pour remédier à ce problème. Le reste de la différence (environ un milliard selon l'Echo) s'explique par la baisse des recettes fiscales plus importante que prévu. "Tout ceci rappelle à quel point il faudra faire des efforts importants. Chacun doit prendre conscience de l'ampleur de cet effort", souligne M. Wathelet. Trends.be avec Belga