Les deux blocs s'efforcent depuis des mois de concrétiser l'entente commerciale annoncée fin juillet 2018 par le président américain, Donald Trump, et le chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Dans un discours prononcé à l'université de Georgetown, dans la capitale américaine, Cecilia Malmström a martelé que les pays membres de l'Union européenne (UE) étaient "des amis, des alliés" des Etats-Unis.

"L'Europe a été particulièrement blessée par l'imposition des taxes douanières sur l'acier et l'aluminium l'an passé. Nous ne pensons pas que nos exportations constituent une menace pour les Etats-Unis", a-t-elle déclaré, soulignant que Bruxelles surveillait "étroitement" la décision du président Donald Trump sur le secteur automobile.

Le locataire de la Maison Blanche a reçu le 20 février un rapport de son ministère du Commerce sur l'industrie automobile, au contenu toujours confidentiel, qui pourrait se traduire par l'imposition de nouveaux tarifs douaniers dans ce secteur.

Mme Malmström a ajouté qu'il était naturel d'avoir des désaccords entre deux partenaires majeurs, relevant au passage que l'UE soutenait via le commerce et les investissements "plus de sept millions d'emplois américains".

"De l'Alaska à l'Alabama, de New York au Nevada, le commerce et les investissements soutiennent des emplois dans chaque état. Le commerce, c'est du gagnant-gagnant", a-t-elle insisté.

Elle a en outre souligné que si Washington et Bruxelles avaient des différends, ils partageaient aussi de nombreuses vues notamment sur la concurrence déloyale de la Chine, la nécessité de refonder l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

"Les Etats-Unis et l'UE ont beaucoup en commun face à ces défis, nous devrions donc travailler ensemble à des solutions", a-t-elle insisté.

Sur les futures négociations entre l'UE et les Etats-Unis, la Commissaire, qui n'a toujours pas de mandat pour entamer des discussions, est restée allusive au lendemain d'une rencontre avec le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, où rien n'a filtré.

"Nous avons identifié des résultats potentiels et avons fait des progrès", a-t-elle dit.