"Le principal objectif pendant notre présidence est de soutenir ceux qui souhaitent construire des ponts au sein de l'Union européenne, car il existe actuellement bien trop de tensions au sein de l'UE entre l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud", a-t-il déclaré lors d'une visite officielle à Paris .

"L'Union européenne ne peut engranger des succès que si nous travaillons et agissons ensemble", a-t-il ajouté avant un entretien avec le président français Emmanuel Macron, à trois jours d'un sommet informel européen à Salzbourg (Autriche).

Parmi les dossiers à l'ordre du jour figurera la question migratoire, qui continue de provoquer de fortes crispations au sein de l'UE, malgré la chute considérable du nombre des arrivées sur les côtes européennes par rapport à l'afflux de 2015.

Ce sujet alimente partout en Europe la montée des nationalismes, portant au pouvoir des gouvernements antimigrants, en Italie comme en Hongrie et en Autriche.

Lors des élections européennes de mai 2019, Emmanuel Macron affiche son intention de mener campagne pour défendre une Europe "progressiste" contre le "repli nationaliste".

Autre sujet de discorde entre partenaires européens: le budget de l'UE. La proposition du chef de l'Etat français de doter la zone euro d'un budget conséquent se heurte à l'hostilité de certains pays du nord, en meilleure santé économique, qui craignent de devoir payer pour les pays du sud.

Le gouvernement populiste italien réclame quant à lui davantage d'argent pour tenter de résoudre la question migratoire, et a qualifié la semaine passée d'"inadéquat" le projet de budget de l'UE pour 2021-2027.

"Le principal objectif pendant notre présidence est de soutenir ceux qui souhaitent construire des ponts au sein de l'Union européenne, car il existe actuellement bien trop de tensions au sein de l'UE entre l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud", a-t-il déclaré lors d'une visite officielle à Paris ."L'Union européenne ne peut engranger des succès que si nous travaillons et agissons ensemble", a-t-il ajouté avant un entretien avec le président français Emmanuel Macron, à trois jours d'un sommet informel européen à Salzbourg (Autriche). Parmi les dossiers à l'ordre du jour figurera la question migratoire, qui continue de provoquer de fortes crispations au sein de l'UE, malgré la chute considérable du nombre des arrivées sur les côtes européennes par rapport à l'afflux de 2015.Ce sujet alimente partout en Europe la montée des nationalismes, portant au pouvoir des gouvernements antimigrants, en Italie comme en Hongrie et en Autriche. Lors des élections européennes de mai 2019, Emmanuel Macron affiche son intention de mener campagne pour défendre une Europe "progressiste" contre le "repli nationaliste".Autre sujet de discorde entre partenaires européens: le budget de l'UE. La proposition du chef de l'Etat français de doter la zone euro d'un budget conséquent se heurte à l'hostilité de certains pays du nord, en meilleure santé économique, qui craignent de devoir payer pour les pays du sud.Le gouvernement populiste italien réclame quant à lui davantage d'argent pour tenter de résoudre la question migratoire, et a qualifié la semaine passée d'"inadéquat" le projet de budget de l'UE pour 2021-2027.