Après avoir largement consacré l'entame de son discours au conflit russo-ukrainien, le président démocrate s'est saisi des autres thématiques phares de l'actualité domestique américaine.

Il a assuré que lutter contre la flambée d'inflation, que la Maison Blanche a mis longtemps à reconnaître, et qui est certainement son principal handicap politique, était "sa première priorité". Et, avec des accents qui rappelleraient presque son prédécesseur et rival républicain Donald Trump, il a plaidé pour une renaissance industrielle des Etats-Unis de même que pour une réduction de la dépendance aux importations: "produisons en Amérique!"

Il a aussi invité les entreprises américaines à réagir à l'inflation non pas en abaissant les salaires des employés, mais en réduisant les coûts. Il a promis que son gouvernement les aiderait notamment en mettant l'accent sur l'innovation et des investissements ciblés.

L'inflation aux États-Unis était de 7,5 % en janvier. Bien que l'économie américaine se porte bien et que le chômage soit faible, les électeurs sont mécontents de la hausse des prix.

Après avoir largement consacré l'entame de son discours au conflit russo-ukrainien, le président démocrate s'est saisi des autres thématiques phares de l'actualité domestique américaine.Il a assuré que lutter contre la flambée d'inflation, que la Maison Blanche a mis longtemps à reconnaître, et qui est certainement son principal handicap politique, était "sa première priorité". Et, avec des accents qui rappelleraient presque son prédécesseur et rival républicain Donald Trump, il a plaidé pour une renaissance industrielle des Etats-Unis de même que pour une réduction de la dépendance aux importations: "produisons en Amérique!" Il a aussi invité les entreprises américaines à réagir à l'inflation non pas en abaissant les salaires des employés, mais en réduisant les coûts. Il a promis que son gouvernement les aiderait notamment en mettant l'accent sur l'innovation et des investissements ciblés. L'inflation aux États-Unis était de 7,5 % en janvier. Bien que l'économie américaine se porte bien et que le chômage soit faible, les électeurs sont mécontents de la hausse des prix.