Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

13/11/18 à 12:19 - Mise à jour à 16:37

Bernard Tapie complice involontaire d'une escroquerie au Bitcoin?

Les arnaques au Bitcoin et autres cryptomonnaies font maintenant appel de manière mensongère à des personnalités connues. C'est ainsi que Bernard Tapie ou Nicolas Sarkozy se sont retrouvés à vanter des sites de cryptomonnaies! Amid Faljaoui, notre chroniqueur économique, nous rappelle qu'il faut se méfier des offres de gains rapides.

Bernard Tapie complice involontaire d'une escroquerie au Bitcoin?

© Getty Images

Il y a des modes comme ça. Et notamment en matière d'escroqueries financières. Après la mode du forex, c'est-à-dire du marché des changes, il y a eu la mode des diamants, et maintenant, c'est la mode des faux sites de cryptomonnaies.

Et cette dernière escroquerie est de loin plus dangereuse que les autres. Pour la simple raison que les victimes ne s'en rendent compte que plus tard.

En effet, à force de lire des articles qui disent qu'investir dans des monnaies virtuelles, c'est très rentable mais aussi dangereux car c'est très volatil, plus rien n'étonne les victimes : elles pensent que la volatilité extrême, c'est normal.

En France, plus de 700 épargnants ont déjà été escroqués si l'on en croit le journal économique Les Echos, et le préjudice n'en finit pas de grandir puisque le préjudice médian est passé de 5000 euros à 24.000 euros.

Mais malgré ces risques, il n'y a rien à faire, l'appât du gain est plus fort que tout et rend aveugle et sourd. Les épargnants (mais dois-je encore les appeler épargnants ou plutôt spéculateurs) ne veulent rien comprendre et restent imprudents.

Selon Les Echos, la dernière arnaque sur ses faux sites de cryptomonnaies fait appel de manière trompeuse à des personnes connues pour vendre leur camelote.

Partager

Après la mode du forex, (...) c'est la mode des faux sites de cryptomonnaies. Et cette dernière escroquerie est de loin plus dangereuse.

Bernard Tapie vient de voir son nom être utilisé abusivement par l'un de ces sites. On pouvait lire, par exemple, je cite : "Enfin guéri du cancer, Bernard Tapie vient d'annoncer qu'il s'apprête à investir 30 millions d'euros dans une société de cryptomonnaie" ou alors, c'est un autre texte du genre : "Bernard Tapie dévoile son secret pour faire fortune rapidement".

Même l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, connu pour son amour de l'argent, est mis abusivement à contribution.

Là encore, le texte de ces arnaqueurs est clair : "560.000 français quittent leur emploi après que Nicolas Sarkozy a investi dans la société Crypto France Capital".

Bien entendu, tout cela est faux, archi-faux, mais cette publicité mensongère marche hélas auprès des gogos. Toujours selon Les Echos, d'autres arnaqueurs ont aussi recours à des faux comptes Twitter, comme celui avec le nom de l'entrepreneur américain Elon Musk.

Là aussi, ces comptes piratés n'ont qu'un seul objectif, soutirer de l'argent, du vrai argent, aux gogos cupides et pas assez regardants. Et le problème de toutes ces victimes, c'est qu'elles ont beau déposer plainte en France auprès de l'AMF ou en Belgique auprès de la FSMA, la probabilité de récupérer l'argent volatilisé est faible. La raison ? Tous ces sites internet ferment aussi vite qu'ils ont ouvert. Et donc, encore une fois, plus que jamais la prudence est de mise.

Nos partenaires