Les ventes aux pays non membres de l'UE ont ainsi représenté 55% de toutes les exportations britanniques de produits alimentaires et de boissons au cours des trois premiers mois de 2021, contre moins de 40% un an plus tôt, selon les données de la Food and Drink Federation.

Cela n'est toutefois pas dû à un boom important des exportations vers les pays non membres de l'UE, qui n'ont augmenté que de 0,3%.

Cela signifie plutôt que les exportations globales de produits alimentaires et de boissons ont chuté à 3,7 milliards de livres (4,3 milliards d'euros), contre 5,1 milliards de livres l'année précédente.

"La perte de 2 milliards de livres d'exportations vers l'UE est un désastre pour notre industrie et une indication très claire de l'ampleur des pertes auxquelles les fabricants britanniques sont confrontés à plus long terme en raison des nouvelles barrières commerciales avec l'UE", a déploré Dominic Goudie, responsable du commerce international de la Food and Drink Federation.

Une partie de la baisse est aussi due au fait que les importateurs de l'UE ont stocké des marchandises en provenance de Grande-Bretagne avant le Brexit, a complété John Whitehead, de la Food and Drink Exporters Association.

Cependant, a-t-il ajouté, "des affaires importantes ont été perdues en conséquence directe de la bureaucratie supplémentaire, des délais douaniers et des coûts du commerce avec l'UE."

Le secteur le plus durement touché a été celui des exportateurs de produits laitiers. Les exportations de lait et de crème vers l'UE ont chuté de plus de 90%, tandis que celles de fromage ont diminué de deux tiers.

Au cours des trois premiers mois de 2021, les exportations de produits alimentaires et de boissons vers l'Irlande ont chuté de près de 71%, tandis que celles vers le Portugal ont baissé de 72% et celles vers l'Espagne de 63%.

Par ailleurs, les exportations vers l'Asie de l'Est ont augmenté. Elles ont crû de 28% vers la Chine, de 19% vers la Corée du Sud et de 6,2% vers le Japon.

Les ventes aux pays non membres de l'UE ont ainsi représenté 55% de toutes les exportations britanniques de produits alimentaires et de boissons au cours des trois premiers mois de 2021, contre moins de 40% un an plus tôt, selon les données de la Food and Drink Federation. Cela n'est toutefois pas dû à un boom important des exportations vers les pays non membres de l'UE, qui n'ont augmenté que de 0,3%. Cela signifie plutôt que les exportations globales de produits alimentaires et de boissons ont chuté à 3,7 milliards de livres (4,3 milliards d'euros), contre 5,1 milliards de livres l'année précédente. "La perte de 2 milliards de livres d'exportations vers l'UE est un désastre pour notre industrie et une indication très claire de l'ampleur des pertes auxquelles les fabricants britanniques sont confrontés à plus long terme en raison des nouvelles barrières commerciales avec l'UE", a déploré Dominic Goudie, responsable du commerce international de la Food and Drink Federation. Une partie de la baisse est aussi due au fait que les importateurs de l'UE ont stocké des marchandises en provenance de Grande-Bretagne avant le Brexit, a complété John Whitehead, de la Food and Drink Exporters Association. Cependant, a-t-il ajouté, "des affaires importantes ont été perdues en conséquence directe de la bureaucratie supplémentaire, des délais douaniers et des coûts du commerce avec l'UE." Le secteur le plus durement touché a été celui des exportateurs de produits laitiers. Les exportations de lait et de crème vers l'UE ont chuté de plus de 90%, tandis que celles de fromage ont diminué de deux tiers. Au cours des trois premiers mois de 2021, les exportations de produits alimentaires et de boissons vers l'Irlande ont chuté de près de 71%, tandis que celles vers le Portugal ont baissé de 72% et celles vers l'Espagne de 63%. Par ailleurs, les exportations vers l'Asie de l'Est ont augmenté. Elles ont crû de 28% vers la Chine, de 19% vers la Corée du Sud et de 6,2% vers le Japon.