La Commission européenne, très embarrassée par cette attitude "scandaleuse", a admis mardi ne pas avoir compétence pour intervenir dans une pratique commerciale entre les compagnies et leurs clients.

"Si des compagnies décident d'imputer des coûts additionnels à leurs clients (sous prétexte d'acquitter la taxe carbone de l'UE), nous ne pouvons que demander la plus grande transparence sur les tarifs pratiqués", a déclaré Isaac Valero, porte-parole de la Commissaire en charge du Climat Connie Hedegaard.

Une étude commanditée par l'organisation Transport et Environnement chiffre ce "profit d'aubaine" à 1,3 milliard d'euros réalisé en 2012 au dépens des clients des compagnies aériennes.

La Commission européenne reconnaît que la pratique existe, mais n'a pas souhaité se prononcer sur le chiffre avancé par Transport et Environnement car elle ignore sur quelles données sont basées ses estimations et quelles sont les compagnies qui ont imputé les coûts sur leurs passagers.

La taxe carbone européenne, entrée en vigueur le 1er janvier 2012, oblige les compagnies aériennes opérant dans l'Union européenne, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.

La Commission européenne, très embarrassée par cette attitude "scandaleuse", a admis mardi ne pas avoir compétence pour intervenir dans une pratique commerciale entre les compagnies et leurs clients. "Si des compagnies décident d'imputer des coûts additionnels à leurs clients (sous prétexte d'acquitter la taxe carbone de l'UE), nous ne pouvons que demander la plus grande transparence sur les tarifs pratiqués", a déclaré Isaac Valero, porte-parole de la Commissaire en charge du Climat Connie Hedegaard. Une étude commanditée par l'organisation Transport et Environnement chiffre ce "profit d'aubaine" à 1,3 milliard d'euros réalisé en 2012 au dépens des clients des compagnies aériennes. La Commission européenne reconnaît que la pratique existe, mais n'a pas souhaité se prononcer sur le chiffre avancé par Transport et Environnement car elle ignore sur quelles données sont basées ses estimations et quelles sont les compagnies qui ont imputé les coûts sur leurs passagers. La taxe carbone européenne, entrée en vigueur le 1er janvier 2012, oblige les compagnies aériennes opérant dans l'Union européenne, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.