Certains pays sont plus tatillons que d'autres. Ils exigent à leur frontière que le conducteur d'une auto en leasing puisse prouver qu'il est un utilisateur légitime. "Cette exigence n'est pas nouvelle, ce qui est nouveau, c'est qu'il y a un processus automatisé qui a été mis e...

Certains pays sont plus tatillons que d'autres. Ils exigent à leur frontière que le conducteur d'une auto en leasing puisse prouver qu'il est un utilisateur légitime. "Cette exigence n'est pas nouvelle, ce qui est nouveau, c'est qu'il y a un processus automatisé qui a été mis en place" indique Frank Van Gool, directeur général de Rental, l'association des loueurs de voitures, "ce qui évite de devoir faire les démarches". Cela s'ajoute, cela va sans dire, aux règles d'accès n'a de la pandémie, qui peuvent varier d'un pays à l'autre.Bientôt nécessaire pour la Grande-Bretagne ?Certains pays hors de la zone Schengen souhaitent donc voir un document attestant que le conducteur et bien un utilisateur légitime, autorisé par le propriétaire. "C'est le cas du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie ou de la Turquie" signale Frank Van Gool. "Mais pas de la Suisse ou de la Norvège (qui font partie de l'espace Schengen) ni de la Grande-Bretagne, mais là ça peut changer, avec les suites du Brexit, si des contrôles supplémentaires sont organisés."Le document, appelé Drive Certificate, est émis au nom du loueur, et visé par le ministère des Affaires étrangères. Ce document, que Renta délivre à environ 1500 exemplaires tous les ans, coûte 90 euros. C'est aussi une manière, pour le loueur, de vérifier si les voitures qui partent hors de la zone Schengen sont assurées pour les pays visités.