Luc Aben : " Quand l'économie s'est mise à avoir des ratés vers la mi-2018, beaucoup ont tenté de l'expliquer par des facteurs ponctuels et temporaires : l'épidémie de grippe, la mauvaise passe de la Turquie, les tensions commerciales, le niveau trop bas du Rhin, des problèmes liés aux nouvelles normes d'émissions en vigueur dans le secteur automobile allemand, l'interminable saga du Brexit, l'approche économique italienne... De l'avis général, tout cela allait bien finir par s'arranger. "
...