La hausse des prix dans le pays avait atteint 2,5% en juin, ce qui marquait alors un sommet depuis août 2018, rappelle l'ONS dans un communiqué.

Ce coup de frein s'explique principalement par un ralentissement dans le secteur de l'habillement, à +1,7% en juillet, contre +3% en juin.

Les prix ont par ailleurs reculé plus fortement pour les jeux et jouets, et ont progressé moins vite dans les équipements audiovisuels et les livres.

"L'inflation a fait marche arrière en juillet dans toute une série de biens et services, dont l'habillement en raison du retour des soldes d'été" un an après le choc de la pandémie, souligne Jonathan Athow, statisticien à l'ONS.

Les économistes estiment toutefois que la hausse des prix devrait à nouveau s'accélérer d'ici la fin de l'année avec le redémarrage des économies dans le monde.

La Banque d'Angleterre (BoE) estimait début août que l'inflation au Royaume-Uni pourrait grimper temporairement jusqu'à 4% au quatrième trimestre, avant de refluer.

"Nous nous attendons à ce que l'inflation s'accélère encore durant le reste de l'année et progresse bien au-dessus de l'objectif de 2% de la Banque d'Angleterre, alors que les chaînes d'approvisionnement restent sous pression du fait du fort rebond de la demande", souligne Yael Selfin, économiste chez KPMG au Royaume-Uni.

La hausse des prix dans le pays avait atteint 2,5% en juin, ce qui marquait alors un sommet depuis août 2018, rappelle l'ONS dans un communiqué. Ce coup de frein s'explique principalement par un ralentissement dans le secteur de l'habillement, à +1,7% en juillet, contre +3% en juin. Les prix ont par ailleurs reculé plus fortement pour les jeux et jouets, et ont progressé moins vite dans les équipements audiovisuels et les livres. "L'inflation a fait marche arrière en juillet dans toute une série de biens et services, dont l'habillement en raison du retour des soldes d'été" un an après le choc de la pandémie, souligne Jonathan Athow, statisticien à l'ONS. Les économistes estiment toutefois que la hausse des prix devrait à nouveau s'accélérer d'ici la fin de l'année avec le redémarrage des économies dans le monde. La Banque d'Angleterre (BoE) estimait début août que l'inflation au Royaume-Uni pourrait grimper temporairement jusqu'à 4% au quatrième trimestre, avant de refluer. "Nous nous attendons à ce que l'inflation s'accélère encore durant le reste de l'année et progresse bien au-dessus de l'objectif de 2% de la Banque d'Angleterre, alors que les chaînes d'approvisionnement restent sous pression du fait du fort rebond de la demande", souligne Yael Selfin, économiste chez KPMG au Royaume-Uni.