L'accord interprofessionnel comporte, entre autres, une augmentation du salaire minimum, l'extension des heures supplémentaires dites "bon marché" et l'abaissement à 55 ans de la limite d'âge pour les postes de transition vers la retraite.

Le coût, récurrent, de ces mesures est désormais connu: il s'élève à 138 millions d'euros dont 111 pour éviter la hausse des cotisations sociales et impôts des travailleurs et employés, et 19 pour des réductions de charge pour les employeurs.

Pour les salaires les plus bas, le montant net sera ainsi quasiment équivalent au brut. Cette démarche permet d'éviter les pièges à l'emploi à faible valeur ajoutée.

L'accord interprofessionnel comporte, entre autres, une augmentation du salaire minimum, l'extension des heures supplémentaires dites "bon marché" et l'abaissement à 55 ans de la limite d'âge pour les postes de transition vers la retraite. Le coût, récurrent, de ces mesures est désormais connu: il s'élève à 138 millions d'euros dont 111 pour éviter la hausse des cotisations sociales et impôts des travailleurs et employés, et 19 pour des réductions de charge pour les employeurs. Pour les salaires les plus bas, le montant net sera ainsi quasiment équivalent au brut. Cette démarche permet d'éviter les pièges à l'emploi à faible valeur ajoutée.