"Sur les 11 millions d'habitants, si par exemple un million peut acheter en dollars, qu'est-ce qui se passe pour les autres? Moi je n'ai pas de famille à l'étranger" pour envoyer les précieux billets verts, fulmine Aleskis Rodriguez, 31 ans, qui fait la queue pour acheter du café en CUC, dans un marché de La Havane qui les accepte encore.

Depuis 1994, les Cubains jonglent entre le CUC, aligné sur le dollar, et le CUP, qui vaut 24 fois moins. Alors que le premier sera bientôt supprimé et que le deuxième risque d'être fortement dévalué, ils se tournent vers une troisième monnaie, jugée plus solide: le dollar.

Privée de touristes en raison de la pandémie et fragilisée par les sanctions américaines, l'île, gouvernée par les communistes depuis 1959, a plus que jamais besoin de devises.

Dans ce pays qui importe 80% de ce qu'il consomme, le dollar, dont la possession de quelques billets dans la poche pouvait valoir de la prison jusqu'en 1993 (il avait ensuite circulé librement jusqu'en 2004), a donc fait son grand retour.

C'est uniquement dans cette monnaie, et par carte bancaire liée à un compte local ouvert pour l'occasion, qu'on peut désormais acheter dans certains magasins alimentaires, d'électroménager et de pièces automobiles.

- Pas de miracle -

Le gouvernement récupère ainsi les devises dépensées via ces comptes, que certains Cubains alimentent grâce aux dollars transférés par leurs familles à l'étranger. Mais la majorité des habitants doit chercher la devise sur l'île.

Trouver des dollars à la banque ou en bureau de change? Mission impossible. Seule solution: le marché noir, où la demande a fait grimper son cours à 1,50 CUC, bien plus que sa valeur officielle (1 CUC).

Si la Banque centrale a démenti la rumeur d'une disparition du CUC dès octobre, l'attrait du billet vert reste fort, car nombre de Cubains, dont le salaire - l'équivalent de 40 dollars par mois - est versé en CUP, constatent que les magasins en dollars sont mieux achalandés.

Mais face aux pénuries généralisées, il n'y a pas de miracle, comme en témoigne Niurka Romero, femme au foyer de 50 ans qui sort d'une de ces boutiques.

"Je n'ai presque rien acheté et j'ai dépensé 30,90 dollars, c'est très cher", soupire-t-elle, montrant dans son cabas 10 petits de jus de fruits, 5 paquets de spaghettis et cinq briquettes de purée de tomate.

Pour Pavel Vidal, économiste cubain de l'Université Javeriana de Cali (Colombie), cette redollarisation de l'économie est d'abord un aveu d'échec des autorités, le reflet de réformes "incomplètes et bien en-dessous des attentes".

- "Pire moment" -

A force d'attendre le moment idéal pour lancer l'unification monétaire - réforme la plus nécessaire selon les experts -, le gouvernement, acculé par les circonstances, va le faire au "pire moment", souligne-t-il, avec "une dévaluation significative du taux de change officiel".

En annonçant l'ouverture de magasins en dollars, le ministre de l'Economie Alejandro Gil avait promis qu'il ne s'agissait pas de créer un "apartheid économique" mais de satisfaire la demande d'un secteur de la population au plus fort pouvoir d'achat.

Zoila Rodriguez, retraitée de 75 ans qui touche une pension mensuelle de 280 CUP (12 dollars), n'en fait clairement pas partie. Elle n'a plus qu'à espérer que sa petite-fille lui envoie des dollars des Etats-Unis.

"Si elle m'envoyait de l'argent, je ne le changerais pas (en CUC), j'irais à Miramar (quartier des boutiques en dollars, ndlr), même si c'est seulement 30 ou 40 (dollars), j'aurais de quoi acheter quelques petites choses", se prend-elle à rêver.

Quelle que soit la monnaie, une chose ne change pas dans le quotidien des Cubains: les longues files d'attente. "Je suis ici depuis 5h15, il est 11h30, mais ils ferment déjà le magasin et je vais devoir revenir demain pour acheter mon café", se lamente Magalis, enseignante de 52 ans.

Selon elle, le gouvernement ne fait pas assez pour limiter les queues en cette période de pandémie: "Si le commandant Fidel Castro (décédé en 2016, ndlr) vivait encore, il aurait fait quelque chose de beau pour le peuple".

Bientôt une seule monnaie à Cuba, et le dollar en toile de fond

C'est un système unique au monde: à Cuba, deux monnaies locales cohabitent depuis 26 ans, mais le gouvernement communiste prévoit de bientôt n'en garder qu'une, dont le cours risque de souffrir face au dollar, récemment réintroduit sur l'île.

Le processus, repoussé depuis des années dans l'attente du meilleur moment pour le faire, pourrait finalement survenir dans le pire contexte, alors que l'économie cubaine, acculée par les sanctions américaines et la pandémie de coronavirus, devrait chuter de 8% cette année, selon les prévisions de la Cepal, commission économique de l'ONU pour l'Amérique latine.

Voici cinq points-clés pour comprendre la réforme:

1 - Une seule monnaie...

Première victime: le peso convertible ou CUC, aligné sur le dollar et né justement pour accompagner puis remplacer cette devise, en circulation sur l'île de 1994 à 2004. Il disparaîtra pour ne laisser place qu'au peso cubain ou CUP, qui vaut 24 fois moins. Le gouvernement assure que l'épargne en CUC ne sera pas dévaluée.

Ces dernières années, le CUC a perdu sa convertibilité en dollar, car le gouvernement a dépensé les billets verts servant de garantie à cette monnaie.

2 - ... mais le dollar revient

C'est le grand changement de ces derniers mois à Cuba: le retour du dollar, depuis octobre 2019, avec l'ouverture de magasins d'électroménager et alimentaires où l'on ne peut payer qu'en devise étrangère et par carte bancaire.

De quoi doper la demande pour le dollar, qui s'échange désormais sur le marché noir à 1,50 CUC.

3 - Le problème: le taux de change

A Cuba, un citoyen lambda fait le plein avec une essence à 1 CUC le litre, soit 24 CUP. Mais une entreprise d'Etat bénéficie d'un taux allégé, tout comme pour ses importations, et ne paie son litre de carburant qu'1 CUP (0,04 dollar).

Comme les entreprises d'Etat représentent 80% de l'économie, l'effet de distorsion est énorme. C'est une "planche de survie" pour les entreprises non rentables, a reconnu récemment le conseiller du ministère de l'Economie Lazaro Toirac.

L'effet joue en sens inverse pour celles qui exportent, payées seulement un CUP par dollar gagné. De quoi rendre illisibles les comptes de l'économie cubaine, qui reposent en grande partie sur des taux artificiels.

4 - Les conséquences

L'unification monétaire signifie en finir avec le taux préférentiel accordé aux entreprises d'Etat: cela fera grimper leurs coûts de production et donc leurs prix. Beaucoup risquent la faillite.

Face à cette situation, plusieurs experts suggèrent de subventionner les produits de première nécessité, ou d'augmenter les salaires, 70% de la population active travaillant pour l'Etat.

La réforme devrait en tout cas accélérer le développement du secteur privé, mieux préparé car travaillant déjà en taux réels.

5 - Un taux de change réaliste

Le but, à terme, est d'obtenir un taux de change réaliste du CUP, en fonction du marché, même si au départ il devra encore cohabiter avec le dollar, considéré comme une monnaie plus solide.

"Ce n'est un secret pour personne que l'unique monnaie qui restera en circulation à Cuba sera le CUP, et l'objectif est de le rapprocher d'un taux de change qui puisse être reconnu par rapport aux devises internationales, afin de clarifier les transactions", selon Lazaro Toirac.

"Sur les 11 millions d'habitants, si par exemple un million peut acheter en dollars, qu'est-ce qui se passe pour les autres? Moi je n'ai pas de famille à l'étranger" pour envoyer les précieux billets verts, fulmine Aleskis Rodriguez, 31 ans, qui fait la queue pour acheter du café en CUC, dans un marché de La Havane qui les accepte encore.Depuis 1994, les Cubains jonglent entre le CUC, aligné sur le dollar, et le CUP, qui vaut 24 fois moins. Alors que le premier sera bientôt supprimé et que le deuxième risque d'être fortement dévalué, ils se tournent vers une troisième monnaie, jugée plus solide: le dollar.Privée de touristes en raison de la pandémie et fragilisée par les sanctions américaines, l'île, gouvernée par les communistes depuis 1959, a plus que jamais besoin de devises.Dans ce pays qui importe 80% de ce qu'il consomme, le dollar, dont la possession de quelques billets dans la poche pouvait valoir de la prison jusqu'en 1993 (il avait ensuite circulé librement jusqu'en 2004), a donc fait son grand retour.C'est uniquement dans cette monnaie, et par carte bancaire liée à un compte local ouvert pour l'occasion, qu'on peut désormais acheter dans certains magasins alimentaires, d'électroménager et de pièces automobiles.- Pas de miracle -Le gouvernement récupère ainsi les devises dépensées via ces comptes, que certains Cubains alimentent grâce aux dollars transférés par leurs familles à l'étranger. Mais la majorité des habitants doit chercher la devise sur l'île.Trouver des dollars à la banque ou en bureau de change? Mission impossible. Seule solution: le marché noir, où la demande a fait grimper son cours à 1,50 CUC, bien plus que sa valeur officielle (1 CUC).Si la Banque centrale a démenti la rumeur d'une disparition du CUC dès octobre, l'attrait du billet vert reste fort, car nombre de Cubains, dont le salaire - l'équivalent de 40 dollars par mois - est versé en CUP, constatent que les magasins en dollars sont mieux achalandés.Mais face aux pénuries généralisées, il n'y a pas de miracle, comme en témoigne Niurka Romero, femme au foyer de 50 ans qui sort d'une de ces boutiques."Je n'ai presque rien acheté et j'ai dépensé 30,90 dollars, c'est très cher", soupire-t-elle, montrant dans son cabas 10 petits de jus de fruits, 5 paquets de spaghettis et cinq briquettes de purée de tomate.Pour Pavel Vidal, économiste cubain de l'Université Javeriana de Cali (Colombie), cette redollarisation de l'économie est d'abord un aveu d'échec des autorités, le reflet de réformes "incomplètes et bien en-dessous des attentes".- "Pire moment" -A force d'attendre le moment idéal pour lancer l'unification monétaire - réforme la plus nécessaire selon les experts -, le gouvernement, acculé par les circonstances, va le faire au "pire moment", souligne-t-il, avec "une dévaluation significative du taux de change officiel".En annonçant l'ouverture de magasins en dollars, le ministre de l'Economie Alejandro Gil avait promis qu'il ne s'agissait pas de créer un "apartheid économique" mais de satisfaire la demande d'un secteur de la population au plus fort pouvoir d'achat.Zoila Rodriguez, retraitée de 75 ans qui touche une pension mensuelle de 280 CUP (12 dollars), n'en fait clairement pas partie. Elle n'a plus qu'à espérer que sa petite-fille lui envoie des dollars des Etats-Unis."Si elle m'envoyait de l'argent, je ne le changerais pas (en CUC), j'irais à Miramar (quartier des boutiques en dollars, ndlr), même si c'est seulement 30 ou 40 (dollars), j'aurais de quoi acheter quelques petites choses", se prend-elle à rêver.Quelle que soit la monnaie, une chose ne change pas dans le quotidien des Cubains: les longues files d'attente. "Je suis ici depuis 5h15, il est 11h30, mais ils ferment déjà le magasin et je vais devoir revenir demain pour acheter mon café", se lamente Magalis, enseignante de 52 ans.Selon elle, le gouvernement ne fait pas assez pour limiter les queues en cette période de pandémie: "Si le commandant Fidel Castro (décédé en 2016, ndlr) vivait encore, il aurait fait quelque chose de beau pour le peuple".