Tout comme un bâton, une voiture peut être une arme. Elle peut donc être confisquée sans devoir passer par le tribunal lorsqu'elle met la vie de personnes en danger, par exemple en brûlant un feu rouge ou en circulant à une vitesse excessive, commente Bart de Wever, bourgmestre d'Anvers, excédé tout comme nombre d'habitants, par le " comporte...

Tout comme un bâton, une voiture peut être une arme. Elle peut donc être confisquée sans devoir passer par le tribunal lorsqu'elle met la vie de personnes en danger, par exemple en brûlant un feu rouge ou en circulant à une vitesse excessive, commente Bart de Wever, bourgmestre d'Anvers, excédé tout comme nombre d'habitants, par le " comportement irresponsable " de certains conducteurs. La sanction coûtera cher : aux 250 euros facturés pour l'enlèvement viendront en effet s'ajouter 25 euros par jour pour frais de gardiennage. Adoptée par le collège, la mesure est, pour le bourgmestre, " parfaitement légale " et, selon son porte-parole Philippe Beinaerts, la seule efficace dans la mesure où elle touche les gens au portefeuille tout en les privant de leur jouet. Temporairement du moins. La durée minimale de confiscation sera en effet de 14 jours mais pourra être prolongée jusqu'à six mois en fonction de la durée des cours nécessaires pour aboutir à une " conduite responsable ". Certains juristes toutefois, froncent les sourcils. La mesure sera en effet sans appel et pourra être infligée sans débat contradictoire par un simple officier de police. Il y a détournement de la législation pénale, estiment-ils. " Pas du tout, nous agissons parallèlement à la législation pénale et il y a eu concertation avec le parquet ", rétorque Philippe Beinaerts. Ce n'est certes pas la première fois qu'un bourgmestre invoque ses pouvoirs pour saisir un véhicule. Bart Somers, bourgmestre Open Vld de Malines, y a déjà recouru précédemment mais toujours dans des circonstances exceptionnelles. A Anvers, la mesure deviendra structurelle et entrera en vigueur au 1er mai. Du moins si le conseil communal marque son accord.