La mise aux enchères de la 5G sera menée selon une approche modulaire, a décidé le gouvernement. Un éventuel quatrième opérateur pourrait donc choisir de n'acheter qu'une partie du spectre afin de ne cibler que le marché entre entreprises, a expliqué la ministre des Télécommunications, Petra De Sutter.

Pour Test Achats, cette "porte ouverte ressemble fort à une occasion manquée de renforcer la concurrence et de faire baisser les prix pour les consommateurs belges".

"Au contraire, les opérateurs de réseau existants répercuteront une partie de leurs investissements dans l'infrastructure du réseau 5G sur la facture du consommateur, qui demeure dès lors le dindon de la farce", fustige la porte-parole de l'organisation.

Cette dernière rappelle qu'entre 2017 et 2021, les prix des télécoms ont augmenté en Belgique de 3 à 6% en moyenne. Et que le coût moyen d'un forfait comprenant l'internet, la télévision et la téléphonie y est de 73 euros par mois, soit 32% plus cher qu'en Allemagne et 59% plus cher qu'en France.

La mise aux enchères de la 5G sera menée selon une approche modulaire, a décidé le gouvernement. Un éventuel quatrième opérateur pourrait donc choisir de n'acheter qu'une partie du spectre afin de ne cibler que le marché entre entreprises, a expliqué la ministre des Télécommunications, Petra De Sutter. Pour Test Achats, cette "porte ouverte ressemble fort à une occasion manquée de renforcer la concurrence et de faire baisser les prix pour les consommateurs belges". "Au contraire, les opérateurs de réseau existants répercuteront une partie de leurs investissements dans l'infrastructure du réseau 5G sur la facture du consommateur, qui demeure dès lors le dindon de la farce", fustige la porte-parole de l'organisation.Cette dernière rappelle qu'entre 2017 et 2021, les prix des télécoms ont augmenté en Belgique de 3 à 6% en moyenne. Et que le coût moyen d'un forfait comprenant l'internet, la télévision et la téléphonie y est de 73 euros par mois, soit 32% plus cher qu'en Allemagne et 59% plus cher qu'en France.