Le 19 juin 2019, Jasmine (prénom d'emprunt) est venue me voir. Elle voulait me parler d'un problème d'ordre financier, qui était devenu avec le temps un véritable tabou familial. Sans en parler à personne, son père a investi dans le One Coin. Proche de l'âge de la pension, il a placé une bonne partie de ses économies dans ce produit qu'il pensait prometteur. Au total, il a investi plus de 60.000 euros.

"Il s'est dit qu'en investissant une grosse somme d'un coup, il pourrait gagner... des millions. Il rêvait. Et il s'est fait avoir", témoigne Jasmine. Elle m'explique que son père tente depuis des mois de récupérer l'argent investi, au moins en partie. Mais les 60.000 euros semblent s'être évaporés.

Toutes les démarches entreprises auprès de son intermédiaire financier restent vaines. Très vite, j'apprends que son père a investi dans le One Coin via un revendeur au profil plutôt particulier. C'est un ancien député fédéral, un certain Laurent Louis.

Le 19 juin 2019, Jasmine (prénom d'emprunt) est venue me voir. Elle voulait me parler d'un problème d'ordre financier, qui était devenu avec le temps un véritable tabou familial. Sans en parler à personne, son père a investi dans le One Coin. Proche de l'âge de la pension, il a placé une bonne partie de ses économies dans ce produit qu'il pensait prometteur. Au total, il a investi plus de 60.000 euros. "Il s'est dit qu'en investissant une grosse somme d'un coup, il pourrait gagner... des millions. Il rêvait. Et il s'est fait avoir", témoigne Jasmine. Elle m'explique que son père tente depuis des mois de récupérer l'argent investi, au moins en partie. Mais les 60.000 euros semblent s'être évaporés.Toutes les démarches entreprises auprès de son intermédiaire financier restent vaines. Très vite, j'apprends que son père a investi dans le One Coin via un revendeur au profil plutôt particulier. C'est un ancien député fédéral, un certain Laurent Louis.