Rejoindre l'atoll de Tetiaroa, 13 îlots de sable et de corail, relève déjà de l'exploit. Les gros bateaux ne franchissent pas le chenal étriqué creusé dans la barrière de corail, et les marchandises doivent être transbordées sur des petites embarcations qui doivent profiter d'une grosse vague pour s'engager dans la brèche. En tahitien, l'endroit s'appelle " qui se tient à distance ". Il faut donc s'y rendre en avion, un Britten-Norman bimoteurs Rolls Royce cinq places - et c'est une chance car le survol de 20 minutes depuis Tahiti est un premier régal. La descente sur le motu Onetahi figure aisément la fascination de l'acteur pour ces paysages au milieu desquels il a vécu deux décennies. On a beau venir de Bora-Bora, qui honore toujours son surnom de Perle du Pacifique, la descente sur la carte postale qu'on croirait retouchée est bluffante. A travers les eaux translucides, nuancées du bleu saphir au turquoise en passant par toute la palette azuréenne, on aperçoit requins, dauphins, raies et toute une pêche durable et miraculeuse puisque les eaux polynésiennes sont parmi les plus propres du monde. Plus tard, en bordure de la frange coralienne, masque et tuba offrent de frayer avec les plus exotiques espèces d'une exceptionnelle biodiversité marine.
...