Le CEO le plus grassement payé de Hongkong n'est pas un banquier ou un gourou de la Tech. C'est un magnat de la viande. Wan Long est le président de WH Group Limited. Un groupe qui se trouve être l'un des plus gros éleveurs de porcs au monde. Il aurait, selon les chiffres du rapport annuel, reçu 291 millions de dollars répartis en salaire et en stock-options.
...

Le CEO le plus grassement payé de Hongkong n'est pas un banquier ou un gourou de la Tech. C'est un magnat de la viande. Wan Long est le président de WH Group Limited. Un groupe qui se trouve être l'un des plus gros éleveurs de porcs au monde. Il aurait, selon les chiffres du rapport annuel, reçu 291 millions de dollars répartis en salaire et en stock-options. Un salaire "plus que mérité ", selon le rapport annuel de WH Group Limited, puisque Long a réussi à réduire les dettes du groupe de viande, augmenter les profits et gérer l'acquisition à 4.7 milliards de Smithfield, qui se trouve être l'un des plus gros éleveurs de porcs au monde. N'empêche, même parmi les cadres les mieux payés, c'est un salaire d'exception. À lui seul il a gagné plus que les 26 PDG qui le suivent dans le classement de 2017 pour Hongkong. Et si on le compare avec les PDG les mieux rémunérés aux États-Unis, il a gagné plus que Tim Cook et Elon Musk. Seul Evan Spiegel de Snapchat fait mieux selon Bloomberg. Son salaire mirobolant pour 2017 n'est pas une première puisqu'entre 2013 et 2017, il va percevoir pas moins de 759 millions de dollars (en salaire et en actions), selon les documents de l'entreprise. Cet ancien directeur d'usine, né en 1940, a commencé comme simple employé en 1968 dans une usine de transformation de viande. Il va rapidement monter les échelons avant de prendre les commandes de l'usine et transformer cette boucherie étatique en l'un des plus grands producteurs de porcs au monde. En prenant soin, au passage, de se construire une confortable fortune personnelle. En 2007, le gouvernement va vendre ce qui s'appelait alors encore le Shuanghui Group. Après l'acquisition de l'Américaine Smithfield en 2013, l'entreprise va en 2014 entrer en bourse et se baser à Hong Kong en tant que Groupe WH. La stratégie de Wan va effectivement se révéler payante puisque les actions ont augmenté de 15% depuis. Mais peut-être pas d'être portée à ce point aux nues par le rapport annuel. Car si les résultats sont bons, c'est toujours moins que ses grands rivaux que sont les Américains Tyson en Hormel. L'entreprise exploite aujourd'hui des fermes porcines et des usines en Chine, aux États-Unis et en Europe et vend également des marques grand public telles que Farmland bacon et Eckrich saucisse. WH a actuellement une valeur marchande d'environ 15 milliards de dollars. On notera aussi qu'il n'y a pas que le salaire de Wan qui intrigue. "L'augmentation rapide de son portefeuille d'action est elle aussi remarquable", dit Aris Stouraitis, directeur du Centre de gouvernance d'entreprise et de politique financière à l'Université baptiste de Hong Kong, sur le site de Bloomberg. "C'est assez inhabituel pour n'importe quel marché, pas seulement pour Hong Kong." Au fil des ans, les attributions d'actions et d'autres transactions vont contribuer à accroître ses avoirs. Par exemple, entre le 11 juillet et le 13 juillet 2016, une société détenue à 90% par Wan a acheté 729 millions d'actions WH pour un prix moyen de 3,35 HK $, soit environ 45% de moins que le prix du marché. Une réunion est prévue avec les actionnaires le 4 juin. Cette réunion annuelle de WH devrait avoir à l'ordre du jour la réélection de Wan au conseil. Le succès du groupe s'explique par le fait que c'est en Chine que l'on consomme le plus de porcs. On estime que le pays en importe près de 400.000 tonnes par an. Un marché qui a quadruplé depuis qu'il s'est ouvert au commerce extérieur. La Chine étant régulièrement secouée par d'importants scandales alimentaires, le consommateur se retourne plus volontiers vers la viande qui vient d'ailleurs. S'ajoute à cela une classe moyenne chinoise qui ne cesse de croître et qui ne rechigne pas à payer un peu plus pour de la qualité.