Didier Bellens réclamait des dommages et intérêts pour son licenciement par Belgacom en 2013. Ce procès pour licenciement abusif devant le tribunal du travail sera poursuivi par ses héritiers, a confirmé à L'Echo l'avocat de M. Bellens. Ce dernier rendra ses premières conclusions dans deux semaines. M. Bellens réclamait 2,8 millions d'euros au titre d'indemnités de rupture, soit le salaire que l'ex-CEO aurait dû percevoir s'il était resté en poste jusqu'au terme de son mandat en 2015.

Didier Bellens réclamait des dommages et intérêts pour son licenciement par Belgacom en 2013. Ce procès pour licenciement abusif devant le tribunal du travail sera poursuivi par ses héritiers, a confirmé à L'Echo l'avocat de M. Bellens. Ce dernier rendra ses premières conclusions dans deux semaines. M. Bellens réclamait 2,8 millions d'euros au titre d'indemnités de rupture, soit le salaire que l'ex-CEO aurait dû percevoir s'il était resté en poste jusqu'au terme de son mandat en 2015.