Le styliste belge Dirk Bikkembergs, soupçonné par la Garde des finances italienne d'avoir organisé une évasion fiscale massive (111 millions d'euros) et d'avoir tenté par un montage d'échapper à la TVA, a vu ses recours introduits contre l'enquête rejetés, indiquait Il Giornale lundi.

Le groupe de Dirk Bikkembergs est soupçonné d'avoir monté un système consistant à transférer fictivement des recettes d'Italie vers le Luxembourg, pays au régime fiscal plus favorable. A travers la société italienne, le groupe achetait des produits finis puis les revendait à une société du groupe résidant dans un autre pays européen. Ces cessions permettaient au groupe d'éluder la TVA et de bénéficier d'un crédit d'impôts important.

Les avocats du groupe avaient introduit des recours contre les conclusions du contrôle fiscal, mais une commission provinciale les a rejetés et a condamné le groupe à rembourser les frais du litige à hauteur d'environ 44 millions d'euros.

Trends.be, avec Belga

Le styliste belge Dirk Bikkembergs, soupçonné par la Garde des finances italienne d'avoir organisé une évasion fiscale massive (111 millions d'euros) et d'avoir tenté par un montage d'échapper à la TVA, a vu ses recours introduits contre l'enquête rejetés, indiquait Il Giornale lundi.Le groupe de Dirk Bikkembergs est soupçonné d'avoir monté un système consistant à transférer fictivement des recettes d'Italie vers le Luxembourg, pays au régime fiscal plus favorable. A travers la société italienne, le groupe achetait des produits finis puis les revendait à une société du groupe résidant dans un autre pays européen. Ces cessions permettaient au groupe d'éluder la TVA et de bénéficier d'un crédit d'impôts important.Les avocats du groupe avaient introduit des recours contre les conclusions du contrôle fiscal, mais une commission provinciale les a rejetés et a condamné le groupe à rembourser les frais du litige à hauteur d'environ 44 millions d'euros.Trends.be, avec Belga