Lorsque la grève s'est déclenchée la semaine dernière, la direction de NLMK a contesté les raisons invoquées par le personnel, à savoir un manque d'empressement du groupe sidérurgique à entamer des négociations sur l'égalité de traitement entre le personnel du site de Clabecq et celui de La Louvière. Et la direction avait précisé qu'elle n'entendait pas discuter avant une reprise du travail, annonçant au passage le transfert de commandes vers le Danemark. D'où une situation de blocage et une réunion en bureau de conciliation organisée mardi après-midi. D'après les syndicats, cette réunion s'est terminée dans la soirée par une recommandation du président, qui demande aux parties de s'asseoir à nouveau autour d'une table de négociation. Les syndicats se disent prêts à de nouveaux contacts avec la direction dès mercredi matin. Mais ils ne prévoient pas de reprise du travail sur le site de Clabecq. (Belga)

Lorsque la grève s'est déclenchée la semaine dernière, la direction de NLMK a contesté les raisons invoquées par le personnel, à savoir un manque d'empressement du groupe sidérurgique à entamer des négociations sur l'égalité de traitement entre le personnel du site de Clabecq et celui de La Louvière. Et la direction avait précisé qu'elle n'entendait pas discuter avant une reprise du travail, annonçant au passage le transfert de commandes vers le Danemark. D'où une situation de blocage et une réunion en bureau de conciliation organisée mardi après-midi. D'après les syndicats, cette réunion s'est terminée dans la soirée par une recommandation du président, qui demande aux parties de s'asseoir à nouveau autour d'une table de négociation. Les syndicats se disent prêts à de nouveaux contacts avec la direction dès mercredi matin. Mais ils ne prévoient pas de reprise du travail sur le site de Clabecq. (Belga)