Juste au nord de Bruxelles, Vilvorde traîne volontiers une réputation un peu lourde de ville abîmée par son passé industriel et de potentiel abri du terrorisme islamiste contemporain. C'est aussi pour enrayer cette image défavorable que s'y est installé le ...

Juste au nord de Bruxelles, Vilvorde traîne volontiers une réputation un peu lourde de ville abîmée par son passé industriel et de potentiel abri du terrorisme islamiste contemporain. C'est aussi pour enrayer cette image défavorable que s'y est installé le Horst Arts And Music, un festival qui profite des six hectares d'une ancienne base militaire et de ses infrastructures plus ou moins périmées (hangars, bâtiments en dédales) pour déployer toutes sortes de projets audacieux. Au programme : énormément de musiques électroniques et une flopée de DJ belges et étrangers, mais aussi des performances et des installations. La plus spectaculaire est sans aucun doute celle qui s'est installée dans la tour de refroidissement d'une centrale électrique, désormais à l'arrêt. L'artiste nigérian Emeka Ogboh a imaginé, dans cette énorme cathédrale de béton, une installation sonore qui enrobe complètement le visiteur via une polyphonie de chants plaintifs grecs allant en crescendo, diffusés par 12 baffles fixés sur les parois de l'enceinte pointant à 80 m de haut. L'hypnose et le dépaysement sont garantis et l'endroit se visite, depuis la mi-juillet jusqu'au 15 septembre, les mercredis, samedis et dimanches de 12 à 21 h.