Il y a de la révolution dans l'air. De coutume si conservatrices, les grandes instances garantes du golf international viennent de proposer plusieurs modifications visant à simplifier les règles du golf. En réalité, l'objectif premier de cette éventuelle réforme est d'accélérer le jeu. Il faut aujourd'hui souvent plus de cinq heures - aux joueurs professionnels comme aux amateurs - pour boucler un parcours de 18 trous. C'est beaucoup. La nouvelle génération, élevée dans le sérail de l'instantanéité et du zapping, a du mal à adhérer. ...

Il y a de la révolution dans l'air. De coutume si conservatrices, les grandes instances garantes du golf international viennent de proposer plusieurs modifications visant à simplifier les règles du golf. En réalité, l'objectif premier de cette éventuelle réforme est d'accélérer le jeu. Il faut aujourd'hui souvent plus de cinq heures - aux joueurs professionnels comme aux amateurs - pour boucler un parcours de 18 trous. C'est beaucoup. La nouvelle génération, élevée dans le sérail de l'instantanéité et du zapping, a du mal à adhérer. Et même les téléspectateurs passionnés finissent par se lasser devant leur petit écran. En revisitant quelques règles poussiéreuses du sport de St Andrews, l'USGA (côté américain) et le Royal & Ancient (côté européen) espèrent rendre les parties plus fluides et donc plus télégéniques. Sous réserve de l'approbation des différentes associations de joueurs, les nouvelles règles (24 au lieu de 34) pourraient prendre effet dès le mois de janvier 2019. Elles touchent de nombreux secteurs du jeu. Les réformateurs suggèrent ainsi de limiter à 3 minutes (au lieu de 5 actuellement) le temps pour la recherche d'une balle égarée et à 40 secondes le temps pour jouer un coup (dès que le joueur est près de sa balle). Ils proposent aussi d'autoriser de garder le drapeau lors des putts, de dropper la balle à 2 centimètres du sol plutôt qu'à hauteur d'épaule et de ne plus infliger de pénalité en cas de mouvement accidentel de la balle au putting. Il est même question de valider l'arrivée de la haute technologie sur les fairways avec l'utilisation du télémètre à laser dans les compétitions professionnelles - c'est déjà le cas chez les amateurs - pour permettre aux joueurs de connaître la distance les séparant du trou ou d'un obstacle. " Nous souhaitons moderniser les règles et essayer de les rendre faciles à comprendre et à appliquer. Ce sont des propositions de changement très importantes qu'on ne voit qu'une fois par génération. Elles prouvent que nous n'avons pas peur d'évoluer et j'espère qu'elles seront bien accueillies par les joueurs ", a commenté David Rickman, directeur du Royal & Ancient, temple qui édicte les règles du golf depuis le 18e siècle. A première vue, c'est plutôt le cas. " C'est une excellente chose de vouloir moderniser notre sport ", a confié l'Irlandais Rory McIlroy. " Voilà de bonnes idées qui profiteront au golf dans son ensemble ", a tweeté l'Américain Tiger Woods. L'Anglais Justin Rose s'est montré plus circonspect, notamment lorsqu'il s'agit d'autoriser les joueurs à réparer les dommages causés par les crampons des chaussures et les animaux sur les greens. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde ! MIGUEL TASSO