Spin-off des universités et des hôpitaux universitaires de la KU Leuven et de l'université d'Anvers, icometrix a vu le jour en 2011. " Pendant mon doctorat en imagerie médicale, j'ai pris conscience de l'énormité du travail manuel que suppose l'analyse des scans du cerveau ", déclare le cofondateur et CEO Wim Van Hecke. Les scans cérébraux sont aujourd'hui numériques et de très grande qualité. Mais l'analyse par les médecins est encore souvent visuelle. Le protocole pouvait être beaucoup plus détaillé. Notre logiciel est capable de repérer avec une extrême minutie les taches blanches sur les scans cérébraux, leur localisation et leur taille, autant d'informations capitales pour le traitement et l'identification de la sclérose en plaques (Multiple sclerosis ou MS). Un radiologue peut le faire aussi mais la comparaison détaillée des images et le comptage précis de toutes les petites taches peuvent prendre des heures. Le logiciel a un autre avantage : il exclut la subjectivité dont le médecin fait preuve inévitablement dans ce genre de rapport, quand il ne peut faire confiance qu'à ce qu'il voit. D'autre part, pas mal d'infos peuvent passer inaperçues à l'oeil nu. En cas de MS par exemple, le cerveau rétrécit de 0,5 % par an, ce qui est pour ainsi dire invisible à l'oeil nu. Le mesurage effectué par le logiciel évite de perdre des années quant à l'efficacité ou non d'un médicament."

La clientèle d'icometrix est très variée, des hôpitaux à l'industrie pharmaceutique en passant par Verily, la filiale de Google spécialisée dans la recherche sur la vie éternelle. " Verily est un petit projet. Nous travaillons essentiellement avec les hôpitaux qui utilisent notre logiciel pour analyser les troubles cérébraux comme Alzheimer, MS, Parkinson et les traumatismes cérébraux. Ils s'abonnent à notre logiciel, à un prix fixe pour un certain nombre de scans. Les sociétés pharmaceutiques constituent une autre part importante de notre clientèle. Elles utilisent le logiciel notamment pour assurer le suivi des nouveaux médicaments après approbation. "

Clientèle variée

Le bureau de recherche CB Insights, spécialisé dans les entreprises techs, a inclus icometrix dans son top 150 des sociétés Digital Health. Cette reconnaissance est aussi révélatrice de la concurrence acharnée dans ce secteur. Selon un autre rapport de CB Insights, une trentaine de sociétés sont spécialisées dans l'imagerie médicale et l'intelligence artificielle. " Les concurrents poussent comme des champignons, nous en sommes parfaitement conscients, confirme Wim Van Hecke. C'est pourquoi la qualité est notre priorité numéro 1, question de limiter les erreurs de mesurage au strict minimum. Pour assurer la fiabilité de notre logiciel, nous avons fait vérifier l'analyse des 10.000 scans cérébraux par nos experts. Nous n'oublions jamais que derrière chaque scan se cache un patient. icometrix est bien plus qu'un simple service technique permettant aux radiologues de travailler plus efficacement, c'est une solution clinique. Nous mesurons les informations cliniquement significatives. Nous sommes spécialisés dans les scans cérébraux, certes, mais nous ambitionnons de développer une plateforme pour les patients où ils pourront effectuer des tests cognitifs en vue de compléter les informations fournies par les scans. Ces données pourront compléter utilement les contrôles semestriels car pour certaines maladies chroniques comme la MS, le suivi est fondamental. "

Depuis le premier jour

Les 18 millions de dollars levés l'an dernier par icometrix serviront à booster la commercialisation de son logiciel. " Nous sommes une entreprise internationale depuis le tout premier jour, lance Wim Van Hecke. Plus de 500.000 scans cérébraux sont effectués chaque jour dans le monde entier. icometrix intervient dans l'analyse de 30.000 scans sur base annuelle. Le potentiel de croissance est donc énorme. Notre technologie peut aider les patients dans le monde entier. Nous collaborons actuellement avec près de 140 hôpitaux, un chiffre qui devrait augmenter rapidement. Notre dernier tour de financement de 18 millions de dollars permettra d'investir dans la vente et le marketing. icometrix vise essentiellement l'Amérique, l'Europe et le Japon. L'Inde où le marché des scanners est en pleine expansion offre également un énorme potentiel. La vente s'y effectue indirectement pour le moment, par l'entremise de distributeurs. C'est le moment idéal pour passer à la vitesse supérieure au niveau commercial. Les radiologues sont désormais rassurés. Ils ont longtemps cru que le logiciel les remplacerait mais la calculatrice n'a pas fait disparaître les comptables. Partiellement libérés d'un travail difficile et fastidieux, les radiologues peuvent désormais se concentrer davantage sur le contact avec les patients et faire jouer leur expertise médicale.