Le projet a été lancé en 2015 et avait pris du retard en raison de la pandémie. Il est aujourd'hui en passe d'aboutir: le Parlement fédéral a donné la semaine dernière le feu vert à l'installation à Brussels Airport d'un sy...

Le projet a été lancé en 2015 et avait pris du retard en raison de la pandémie. Il est aujourd'hui en passe d'aboutir: le Parlement fédéral a donné la semaine dernière le feu vert à l'installation à Brussels Airport d'un système de pré-dédouanement pour les voyageurs qui se rendent aux Etats-Unis. Ce serait une première sur le continent européen et un solide argument concurrentiel pour la Belgique puisque ce dispositif n'existe, à l'heure actuelle, qu'en Irlande, au Canada, aux Emirats arabes unis, aux Bermudes et aux Bahamas. Concrètement, ce pré-dédouanement suppose que l'ensemble des formalités d'immigration et de douane, responsables de files gigantesques dans les aéroports américains et source de stress (un refus d'entrée est toujours possible), se déroulent à Brussels Airport. Il va nécessiter la construction de nouvelles infrastructures ainsi que l'installation, en Belgique, d'agents américains. Il reste quelques détails à régler, entre autres, concernant la répartition des coûts et la définition de la partie de l'aéroport qui deviendrait territoire américain. Mise en service prévue en 2024.