Comme il en était obligé par une décision de justice, l'Etat belge a livré, la semaine dernière, aux communes concernées, aux Régions wallonne et bruxelloise et aux associations de riverains, un nouveau cadastre des nuisances sonores dues à Brussels Airpo...

Comme il en était obligé par une décision de justice, l'Etat belge a livré, la semaine dernière, aux communes concernées, aux Régions wallonne et bruxelloise et aux associations de riverains, un nouveau cadastre des nuisances sonores dues à Brussels Airport. Ce travail a été réalisé par Envisa, un bureau parisien spécialisé et indépendant, donc bien au-dessus des querelles communautaires qui empoisonnent le débat depuis des années. L'expert britannique, auteur du rapport, y livre 14 scénarios différents pour soulager les riverains dont deux sont jugés les plus crédibles. Le premier évoque l'allongement de la piste 25L de 900 mètres afin d'y concentrer une vaste majorité des départs avec un virage à gauche dès 700 pieds. Cette solution, qui permet de fortes réductions de survols, de jour comme de nuit, sur la population totale concernée, envoie donc tous les départs vers la Flandre avec les plus fortes nuisances subies par Sterrebeek, Kraainem et Wezembeek-Oppem. Le deuxième scénario parle de nouvelles trajectoires au départ de la 25R qui, là aussi, envoie tous les départs vers la Flandre avec surcharge pour Wemmel et Meise. Elles soulageraient 33% des personnes la nuit et 16% de jour. Place maintenant à la concertation avant décision du ministre Gilkinet..