Jeudi dernier, Euronav et Frontline ont annoncé leur souhait de fusionner pour donner naissance au leader mondial du secteur des tankers avec une flotte de 69 superpétroliers, 57 Suezmax et 20 autres bateaux. La capacité de transport du nouvel ensemb...

Jeudi dernier, Euronav et Frontline ont annoncé leur souhait de fusionner pour donner naissance au leader mondial du secteur des tankers avec une flotte de 69 superpétroliers, 57 Suezmax et 20 autres bateaux. La capacité de transport du nouvel ensemble avoisinera les 225 millions de barils. Euronav est un groupe belge spécialisé dont l'actionnaire principal est la Compagnie maritime belge (CMB) détenue par la famille Saverys. Derrière, on retrouve John Fredriksen (10%), le magnat norvégien qui contrôle... Frontline. Le reste du capital est quasiment flottant. Cette fusion fait sens alors que les grandes compagnies tentent d'éviter les transporteurs russes. Elle est tout aussi opportune pour amortir, sur un plus grand volume de bateaux, les investissements futurs qui tournent autour de la numérisation des tankers et de la réduction de leur impact environnemental. Le nouvel ensemble, baptisé Frontline et qui pourrait dépasser les 4 milliards de dollars de valorisation boursière, serait constitué via un échange d'actions (les actionnaires belges monteraient jusqu'à 59%). Le conditionnel est de mise car la CMB est opposée à la fusion et vu la dilution de l'actionnariat, il n'est pas sûr qu'elle passe la rampe de l'assemblée générale.