Le manque de travailleurs qualifiés se fait de plus en plus pressant. Manpower, groupe spécialisé dans l'intérim et le recrutement, a réalisé une enquête auprès de 43.000 employeurs dans le monde et 45 % d'entre eux ont des difficultés à trouver les talents adéquats. " Ce qui est le score le plus élevé depuis 12 ans ", e...

Le manque de travailleurs qualifiés se fait de plus en plus pressant. Manpower, groupe spécialisé dans l'intérim et le recrutement, a réalisé une enquête auprès de 43.000 employeurs dans le monde et 45 % d'entre eux ont des difficultés à trouver les talents adéquats. " Ce qui est le score le plus élevé depuis 12 ans ", explique Marc Vandeleene, responsable de la communication de Manpower Belux. La Belgique n'est pas en reste, où 35 % des répondants ont déclaré avoir du mal à remplir les postes vacants. Un pourcentage en augmentation par rapport à 2016 (24%) et qui correspond à environ 130.000 jobs. La situation est similaire dans les trois Régions et s'explique à la fois par la croissance, l'allègement des charges patronales, des problèmes de mobilité et la transformation digitale. Cette dernière amène les employeurs à rechercher de nouveaux profils, souligne Marc Vandeleene. Ainsi, à côté du manque d'ouvriers qualifiés et de techniciens, on recense aussi un manque de project managers, fonction qui reflète les nouveaux modes d'organisation des entreprises. Face à cette pénurie, celles-ci ont davantage recours à une main-d'oeuvre externe, à des consultants et essaient d'attirer les travailleurs étrangers. Manpower souligne la nécessité d'améliorer la formation des travailleurs, mais aussi la nécessaire adaptation des entreprises. " L'employeur doit considérer le travailleur, s'il est compétent, comme un consommateur de travail, c'est-à-dire quelqu'un qui peut avoir le choix ", note Marc Vandeleene. Et elle doit donc réfléchir à une stratégie pour gagner cette " guerre des talents ".